BlackRock prend des parts dans un développeur C&I allemand

Share

Le développement solaire sur toitures industrielles et commerciales intéresse les investisseurs internationaux. En Europe, un nombre croissant d’IPP et de développeurs ouvrent ou ont déjà ouvert leur capital aux fonds d’investissement. C’est aujourd’hui le géant américain BlackRock qui entre sur le marché allemand du photovoltaïque C&I avec une prise de participation minoritaire dans l’opérateur allemand Enviria.

Envira fournit et installe des solutions photovoltaïques décentralisées pour les entreprises, des panneaux solaires (en ombrières ou toitures), aux infrastructures de mobilité électrique en passant par des solutions de stockage et des systèmes d’eau chaude. Dans un communiqué, l’entreprise explique être avoir développé près de 500 projets C&I en Allemagne et miser sur le nouveau partenariat financier pour accélérer sa croissance en réalisant les 2 000 projets C&I de son portefeuille qui représentent près de 2,3 GW, avec l’objectif d’atteindre 1,7 GW d’ici 2029.

Pour ce faire, Envira a signé un accord avec BlackRock pour un investissement de 200 millions de dollars en actions. L’opération prend la forme d’une levée de fonds sachant que BlackRock s’arroge également les parts du fonds suisse Galileo Energy, qui opère ainsi sa sortie capitalistique. Contacté par pv magazine France, un porte-parole de la société a précisé que la prise de participation de Galileo s’élevait à 14,7 % au moment de l’opération, car, en plus de son investissement initial dans le tour de table de série A en novembre 2021, la société avait investi via des contributions ultérieures.

Galileo et Enviria restent toutefois partenaires puisque les deux sociétés opèrent ensemble une co-entreprise spécialisée sur le développement de centrales solaires et de stockage à grande échelle en Allemagne. Selon Galileo, l’entité possède un portefeuille de projets de 1,4 GW à différents stades de développement, et prévoit d’ajouter environ 1 GW de projets par an.

Créé en 2020, Galileo possède, en dehors de son équipe de cadres, un actionnariat exclusivement financier : Infratil Limited, Commonwealth Superannuation Corporation (CSC), New Zealand Superannuation Fund (NZ Super Fund) et Morrison & Co Growth Infrastructure Fund (MGIF). L’entreprise a lancé ses activité en France par le biais de la croissance externe en mettant la main sur 20 % de Mozaïk Energies fin 2022.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...