Nouvelle tarification pour le photovoltaïque au Luxembourg : les aides pour les petites et les très grandes installations sont renforcées

Share

Le gouvernement du Luxembourg a annoncé vouloir renforcer les aides pour l’installation de centrales photovoltaïques. En février ont été présentées les grandes lignes du Plan climat et énergie dont le but est de respecter les objectifs de l’Accord de Paris en matière de réduction de CO2 renouvelables et d’efficacité énergétique à l’horizon 2030.

Avec ce projet, qui est encore à finaliser avant la fin de l’année, il compte atteindre 23 % à 25 % des énergies renouvelables dans son mix énergétique d’ici 2030 et 100 % à long terme… À quelle date exactement, aucune précision n’est donnée, mais il annonçait, en mai 2017, atteindre 70 % en 2050.

Quatre mesures phares

Avec les mesures phares mises en place dans le domaine de l’énergie photovoltaïque (entrées en vigueur le 23 avril 2019), ce sont surtout les petites installations qui profiteront de l’aide la plus renforcée. Une nouvelle catégorie 0-10 kW (~100 m2) pour les petites toitures est créée et accompagnée d’un tarif beaucoup plus attractif : il passe de 0,121 €/kWh auparavant à 0,165 €/kWh. Par ailleurs, ces installations et celles inférieures à 30 kW pourront cumuler tarif de rachat et les aides « PRIMe House », dont le rôle est d’encourager la construction de logements durables et la rénovation énergétique durable (entre le 1er mars 2014 et 1er mars 2019, 1 950 installations photovoltaïques ont été subventionnées via le régime PRIMe House, à la hauteur de 9,6 millions d’euros).

Les rémunérations pour les installations photovoltaïques de toutes tailles, garanties sur 15 ans, sont augmentées entre 11 et 36 %. Une nouvelle catégorie est introduite pour les installations entre 200 kW et 500 kW, pour les coopératives et sociétés civiles, et se voit attribuer un tarif de 0,125 €/kWh.

Par ailleurs, la mise en place et l’extension des installations est simplifiée : chaque toiture pourra accueillir une installation (la restriction qu’un point de raccordement ne peut accueillir qu’une seule installation est supprimée) et, sur une surface donnée, une nouvelle installation pourra être construite à côté d’une installation existante, à condition que l’installation existante ait plus de 2 ans.

Pour les entreprises, le ministère de l’Énergie s’engage à publier d’ici début 2020 un cadastre solaire, qui informera sur les surfaces bâties potentiellement utilisables au Luxembourg. Ce cadastre solaire sera élaboré avec le concours de myenergy afin de donner également aux particuliers des informations sur les toitures propices à l’implantation d’installations photovoltaïques.

Selon le communiqué, les entreprises peuvent également s’attendre à ce que de nouvelles mesures voient le jour, celles-ci seraient en cours d’élaboration.

Pour accompagner ces mesures financières, des campagnes d’information et de sensibilisation seront également mises en place auprès des particuliers et des communes, Celles-ci seront menées notamment par la structure nationale de promotion de l’énergie myenergy et par l’association Eurosolar Lëtzebuerg, une section de l’association européenne des énergies renouvelables Eurosolar.

Situation actuelle et projets pour le futur

Dépendant fortement des importations d’électricité (principalement de France et d’Allemagne), la puissance photovoltaïque installée au Luxembourg s’élevait à 122,35 MW en 2017, et représente 6813 installations, selon le communiqué. En 2018, le Luxembourg affichait un taux d’électricité issue d’énergies renouvelables d’environ 8 % dont environ 1/5 est produite à partir de l’énergie solaire.

L’objectif du Luxembourg est de produire 11 % d’énergies renouvelables en 2020. Par ailleurs, en mai 2017, le ministère du Développement durable et des Infrastructures du Luxembourg a présenté une nouvelle stratégie énergétique visant à augmenter la capacité de production d’énergie solaire à 2,5 GW d’ici 2050 (4,8 GW pour l’ensemble des énergies renouvelables).