CNR et energy & meteo systems alliés autour du concept de centrale virtuelle

Share

L’outil VPP proposé par la société allemande energy & meteo systems (EMS)est particulièrement bien approprié pour les agrégateurs, qui désirent disposer d’une visualisation d’un parc de production éclaté sur de multiples sites et dont les parcs de production ne bénéficient pas ou plus de tarifs d’achat subventionnés ou qui bénéficient du nouveau dispositif de complément de rémunération. Il a été développé avec le soutien de la DENA, l’agence allemande chargée de la promotion des énergies renouvelables (ENR) dans le cadre du programme de solutions pour les ENR. C’est le troisième projet de ce type qui va être lancé en Europe, puisqu’il a déjà été expérimenté en Pologne et en Italie, a souligné Sophie Heitz, responsable du programme à la DENA, lors d’une présentation du dispositif à l’EUW.

La Centrale électrique virtuelle d’EMS offre un ensemble complet, fondé sur un logiciel dédié, permettant la vente directe d’électricité à partir de sources renouvelables et décentralisées sur un marché infra-journalier, sur le marché au comptant (spot) et pour l’énergie destinée au réglage. EMS offre un service qui n’implique pas d’infrastructure propre et qui permet d’aller jusqu’à la vente directe sur les marchés de l’électricité européens, comme EPEX SPOT, en France. C’est d’ailleurs pour partie ce qui a séduit la CNR, qui exploite des sites hydroélectriques sur le Rhône, mais aussi des installations solaires et éoliennes, mais surtout car l’exploitant français est également agrégateur, avec quelque 120 producteurs et près de 550 MW en agrégation, a indiqué Fatih Beji, directeur marketing de la CNR lors de la présentation.

Dans un premier temps, la solution d’EMS concernera une vingtaine de producteurs à terme agrégés par la CNR. Le producteur/agrégateur, qui disposait déjà d’un tel système pour ses barrages sur le Rhône, est à la recherche d’une solution pour gérer un parc de plus en plus complexe (avec de nombreuses sources) et sans les moyens

Enfin, un autre motif du choix de la Compagnie nationale du Rhône repose sur le fait qu’à l’aune de la réglementation imposée par la Commission de régulation de l’énergie (CRE), à l’occasion de l’apparition de prix négatifs sur le marché spot. Comme l’a rappelé Fatih Beji, à partir de 15 heures de prix négatifs sur l’année, le producteur peut bénéficier d’une compensation si son actif n’injecte plus de courant sur le réseau. En outre, les nouvelles installations bénéficiant du complément de rémunération doivent s’arrêter pendant les heures où le prix Spot est strictement négatif.

CNR propose deux options aux producteurs qu’elle agrège : un pilotage opéré par le producteur, ou délégué à CNR. Avec la plateforme d’energy & meteo systems, CNR peut ainsi arrêter ou redémarrer automatiquement les centrales solaires et éoliennes pendant les épisodes de prix négatif.

EMS équipe déjà en Allemagne le parc de centrales éoliennes de Statkraft depuis 2012 et a permis à l’électricien d’être la première entreprise en Allemagne à participer au marché de l’énergie de réglage avec un pool de parcs éoliens, a rappelé à cette occasion Ulrich Kattenbach, le directeur international d’EMS. La société de 90 personnes, basée à Oldenbourg, aide à la gestion de quelque 280 GW éoliens dans le monde et de 130 GW de solaire. Quant à CNR, c’est le premier producteur français 100% électricité d’origine  renouvelable (eau, vent, soleil) et le concessionnaire à vocation multiple du Rhône de la frontière suisse à la mer Méditerranée.