Engie veut produire de l’hydrogène vert au Pays Basque

Share

Il y a dix ans, le centre de recherche et développement Technalia et l’Université technologique d’EIndhoven (TUe) ont commencé à collaborer sur des projets européens autour des technologies de dépôt de métaux et, en 2018, ils ont remporté le deuxième prix EARTO Innovation. Un an plus tard, ils créent une société anonyme, H2SITE, à laquelle Engie vient de s’associer via son fonds de capital-risque, Engie New Ventures.

La nouvelle société sera située à Biscaye et développera une technologie pour la production distribuée d’hydrogène à petite et moyenne échelle, de haute pureté et à faible coût, grâce à des réacteurs à membrane avancés. « Pour la création de cette nouvelle société, la stratégie développée par Tecnalia dans le domaine des membranes de séparation des gaz a été clé. Cette excellence technologique est combinée à la collaboration stratégique établie en collaboration avec l’Université d’Eindhoven pour le développement de réacteurs à membrane avancés », déclare l’entité dans un communiqué.

Le projet impliquera le premier investissement d’Engie New Ventures, l’un des plus grands fonds mondiaux du secteur, dans des start-ups en Espagne.

La nouvelle société reçoit le soutien du Conseil provincial de Biscaye depuis sa création et disposera d’un effectif initial de 3 personnes pour la première année d’activité. H2SITE fournira de l’hydrogène distribué à petite et moyenne échelle, de haute pureté et à faible coût, à la fois pour les applications stationnaires et dans les zones isolées qui nécessitent de l’énergie et de la mobilité. « H2SITE facilitera le déploiement d’une mobilité électrique 100% verte, ouvrant la possibilité aux systèmes embarqués de production d’hydrogène, sur des véhicules », précise la société, ajoutant que « en tant que plateforme technologique de l’hydrogène, H2SITE sera capable de produire de l’hydrogène à partir de divers composés, tels que le biométhane, l’ammoniac, le bioéthanol, etc. »

H2SITE exploitera une technologie développée par Tecnalia et TUe, basée sur l’intensification du processus, à travers des réacteurs à membrane avancés maximisant l’efficacité du processus de production d’hydrogène et minimisant les ressources nécessaires.

Quant à ses clients industriels, H2SITE offrira une réduction allant jusqu’à 40% de ses coûts actuels liés à la consommation d’hydrogène, réduisant les impacts environnementaux et évitant les problèmes de réglementation et de sécurité liés au stockage de l’hydrogène car il s’agit d’une production en situ sur demande.

« Le principal objectif commercial de la start-up est de devenir une référence européenne dans la production d’hydrogène vert et donc un levier pertinent dans la nécessaire transition énergétique. Pour cela, l’enjeu est de devenir le principal fournisseur d’hydrogène produit in situ pour une utilisation industrielle dans des applications stationnaires dans les secteurs industriels prioritaires que sont la chimie, l’alimentation, la métallurgie, le verre et l’électronique, qui représentent, ensemble, une large partie du PIB régional et national », conclut le communiqué.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...