Baobab+ lève 4 millions d’euros pour renforcer son action en Côte d’Ivoire et au Sénégal

Share

Spécialisé dans la distribution de systèmes solaires domestiques en Afrique de l’Ouest et à Madagascar, le Français Baobab + a réalisé deux levées de fonds pour un total de quatre millions d’euros pour financer l’expansion de son activités en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Les enveloppes ont été obtenues auprès du Fonds de Croissance des Entrepreneurs Energie (EEGF), géré par Triple Jump, et du Fonds d’accès à l’énergie hors réseau de la Facilité d’inclusion énergétique (FEI-OGEF), géré par LHGP Asset Management. « En milieu rural, seule la moitié de la population sénégalaise a accès à l’énergie et cette proportion est inférieure à 40% en Côte d’Ivoire, déplore Alexandre Coster, fondateur et PDG de Baobab +. Ces deux financements nous permettront d’élargir notre réseau de distribution de kits solaires dans ces deux pays tout en ciblant davantage les micro-entrepreneurs avec la distribution de kits à usage productif ».

L’entreprise est présente au Sénégal depuis 2015, où l’entreprise a distribué quelque 100 000 produits, notamment en milieu rural grâce au système « Pay as you go » (paiement à l’usage). En Côte d’Ivoire, où il est actif depuis 2016, plus de 50 000 produits ont déjà été distribués aux ménages et micro-entrepreneurs. « Cette levée de fonds est un signal fort de la part des investisseurs qui renouvellent leur confiance dans le modèle « Pay as you go », pour lequel Baobab+ a réussi à maintenir une croissance de 60 % en 2020 dans les domaines de l’énergie et du numérique, malgré le contexte pandémique », souligne la société.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...