[Série d’été] Les plus grandes centrales solaires du monde : le Pavagada Solar Park (Inde)

Share

Le parc solaire de Pavagada couvre une superficie de 53 km2 sur 5 villages (Balasamudra, Tirumani, Kyataganacharlu, Vallur et Rayacharlu) dans l’Etat du Karnataka dans le sud-ouest de l’Inde. Achevé en 2019, il a une capacité de 2 050 MW, ce qui en fait le troisième plus grand parc solaire photovoltaïque au monde derrière le parc solaire Bhadla de 2 245 MW au Rajasthan et le parc solaire Gonghe de 2 200 MW en Chine.

Il a été développé par la Karnataka Solar Park Development Corporation Limited (KSPDCL), une joint-venture entre la Solar Energy Corporation of India (SECI) et la Karnataka Renewable Energy (KREDL), qui en est le propriétaire. La majeure partie de sa production est achetée par la National Thermal Power Corporation (NTPC) de l’Inde. La Power Grid Corporation of India Ltd a construit une station de regroupement de 400/220 kV et une ligne de transmission pour fournir de l’énergie directement au réseau, en passant par la frontière entre le Karnataka et l’Andhra Pradesh.

Initialement, le plan prévoyait la construction d’une centrale solaire d’une capacité de 2000 MW, divisée en huit blocs de 250 MW, à laquelle a été ajoutée une dernière tranche de 50 MW. Au total, 10 développeurs ont contribué au projet.

L’une des caractéristiques du parc solaire de Pavagada est que les terres utilisées pour l’ensemble du parc sont louées à des agriculteurs. Selon le cabinet de conseil Mercom India, le KSPDCL leur reverse 323 dollars (315 euros) par an et par acre (soit 0,4 hectare), montant en augmentation de 5 % tous les deux ans.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...