Fortescue développe un projet d’hydrogène vert de 9,2 GW en Égypte

Share

D’après pv magazine International

La branche énergie propre du Fortescue Metals Group, appartenant au milliardaire australien Andrew Forrest, a signé un protocole d’accord avec le gouvernement égyptien pour étudier un projet de production d’hydrogène vert d’une capacité installée de 9,2 GW. Fortescue Future Industries (FFI), qui cherche à assembler un portefeuille mondial d’installations d’énergies renouvelables pour fournir 15 millions de tonnes par an d’hydrogène vert renouvelable d’ici 2030, a déclaré que ce projet pourrait également inclure la construction d’usines locales pour la fabrication de composants éoliens et solaires. Le projet a fait l’objet des discussions entre Andrew Forrest et le président égyptien Abdel Fattah El-Sisi lors de leur week-end de rencontre en amont de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP27), qui se tiendra en Égypte du 6 au 18 novembre prochains.

« L’Égypte est en bonne voie pour devenir l’un des poids lourds mondiaux dans la chaîne de valeur de l’énergie verte et elle sera prête à en faire la démonstration au monde entier à l’occasion de la COP27, a annoncé Andrew Forrest. Les excellentes ressources éoliennes et solaires de l’Égypte sont en mesure de générer l’énergie renouvelable nécessaire pour produire à grande échelle de l’électricité, de l’hydrogène et de l’ammoniac verts ».

Abdel Fattah El-Sisi a précisé que cet accord met en lumière les efforts mis en œuvre par l’Égypte pour se mettre au diapason des évolutions mondiales en termes de promotion des énergies renouvelables, et s’inscrit dans une stratégie nationale visant à augmenter la part des renouvelables dans le mix énergétique total du pays.

« La réunion a abordé la collaboration entre Fortescue Future Industries et le secteur de l’électricité et des énergies renouvelables en Égypte en matière de production d’hydrogène et d’ammoniac verts grâce à une capacité installée de 9,2 GW provenant d’énergies renouvelables, a indiqué un porte-parole du président. Il a également été question de l’emplacement de la production d’électricité à partir du solaire et de l’éolien, notamment de panneaux solaires et d’éoliennes ».

L’un des premiers piliers de ce projet réside dans une usine d’électrolyseurs de 2 GW en cours de construction dans le centre de l’État du Queensland, en Australie. Les premiers électrolyseurs devraient en sortir d’ici fin 2023. Toutefois, le nouveau PDG de l’entreprise Mark Hutchinson a annoncé que le début de la production d’hydrogène ne se ferait pas dans l’immédiat.

D’après ce dernier, l’hydrogène vert ne sera pas produit avant au moins deux ans. Les premières exportations d’hydrogène se feront probablement au départ de Gibson Island, dans le Queensland, où l’entreprise travaille, avec le fabricant d’engrais et de produits chimiques Incitec Pivot, à convertir son installation de production d’ammoniac pour la faire fonctionner à l’hydrogène vert au lieu du gaz naturel utilisé actuellement.

FFI prévoit la construction sur place d’une usine par électrolyse qui produira jusqu’à 50 000 tonnes d’hydrogène vert par an, lesquelles seront ensuite converties en ammoniac vert destiné au marché australien et à l’exportation.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...