Sanofi inaugure son premier parc photovoltaïque en autoconsommation à Montpellier

Share

Sanofi a inauguré des ombrières photovoltaïques de 3,3 hectares sur son site de recherche et de développement de Montpellier (Hérault). La centrale produit annuellement environ 5 490 MWh, soit l’équivalent de la consommation d’une ville de 4 000 habitants, électricité intégralement autoconsommée. Elle est couplée à quarante bornes de recharge de véhicules électriques Izivia, ce qui est une première pour Sanofi en France.

En 2024, les ombrières seront complétées par une centrale au sol, qui permettra de couvrir 17,5 % des besoins électriques annuels de l’usine. Le reste des besoins est couvert par un approvisionnement en électricité d’origine 100 % renouvelable. « Sanofi a l’ambition d’être un pionnier de l’industrie verte et s’engage vers une neutralité carbone d’ici 2030 et zéro émission nette d’ici 2045. Tous nos sites en France sont déjà alimentés par de l’électricité d’origine 100% renouvelable. Ce parc photovoltaïque développé par EDF ENR et avec le soutien de la Région Occitanie marque une accélération de nos efforts avec la production d’une électricité propre directement consommée sur site », souligne Audrey Derveloy, Présidente de Sanofi France.

Au terme d’un appel à projet lancé en avril 2017, le groupe pharmaceutique a sélectionné EDF ENR pour développer et exploiter l’installation. Les travaux ont débuté en septembre 2021 et le parc photovoltaïque a été livré en février 2023. Dans le cadre de son installation d’ombrières photovoltaïques, Sanofi a bénéficié du Fonds Européen de Développement Economique Régional (FEDER) d’un montant de 868 372 euros pour la période de programmation 2014-2020 de la Politique de Cohésion Economique, Sociale et Territoriale de l’Union Européenne.

Ce parc s’inscrit dans le programme mené depuis plusieurs années par Sanofi sur son site de Montpellier pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Ce programme a permis de réduire la consommation énergétique du site de 31,5 % en huit ans. Par ailleurs, depuis une dizaine d’années, l’entreprise travaille sur la solarisation de ses sites en France et dans le monde. Dans l’Hexagone, les sites de Saint-Loubès et Ambarès (Gironde), Aramon (Gard) ou encore Sisteron (Alpes-de-Haute-Provence) produisent de l’électricité solaire réinjectée dans le réseau EDF grâce à des ombrières photovoltaïques sur des parkings. D’autres installations de centrales solaires de plus grande envergure sont prévues sur le site de Aramon en juillet 2023, le site d’Ambarès en 2024 et le site de Sisteron dans un futur proche. Des centrales similaires fonctionnent déjà sur les sites de Virginia en Australie, Goa en Inde et Scoppito en Italie.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...