Akcome dévoile de nouveaux modules solaires à hétérojonction de 730 W

Share

D’après pv magazine International

Akcome a publié de nouveaux modules photovoltaïques à hétérojonction de type n lors de la récente exposition photovoltaïque SNEC 2023 à Shanghai, en Chine. Les panneaux AK iPower 7.0 sont basés sur des plaquettes de 210 mm (G1), des cellules bifaciales semi-coupées et une encapsulation en verre.

« Le panneau utilise une technologie de cellule sans barre omnibus, a déclaré un porte-parole de l’entreprise. L’absence de busbar sur la face avant permet de réduire considérablement la zone d’ombre sur la surface de la cellule ».

Il existe cinq versions des nouveaux panneaux, avec une puissance nominale allant de 710 W à 730 W et un rendement de conversion de 22,80 % à 23,50 %. Il mesure 2 384 x 1 303 x 33 mm, pèse 38,3 kg et fonctionne avec une tension système de 1 500 V. Il présente également un coefficient de température de -0,22 % par degré Celsius.

Akcome offre une garantie produit de 15 ans et une garantie de performance de 30 ans, avec une dégradation supposée de 1 % au cours de la première année et une puissance finale garantie d’au moins 91,75 % de la puissance nominale après 30 ans.

L’entreprise a pour objectif de réduire l’épaisseur de la plaquette à 110 µm, voire 100 µm, d’ici la fin de l’année. Akcome mène des recherches et acquiert de l’expérience dans le segment HJT depuis 2012, atteignant un rendement de 25,7 % pour une cellule HJT au niveau de la production de masse. Elle exploite actuellement une usine de panneaux de 6 GW à Huzhou, dans la province septentrionale de Zhejiang.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...