Des chercheurs américains évaluent le potentiel du solaire flottant en Asie du Sud-Est

Share

D’après pv magazine International

Les panneaux photovoltaïques flottants constituent une solution prometteuse en matière d’énergie renouvelable pour faire face aux contraintes d’utilisation des sols dans la production d’électricité. Cette technologie revêt une importance particulière pour les pays qui manquent de terres, notamment les nombreuses nations insulaires d’Asie du Sud-Est, qui cherchent à passer à des économies sans émissions.

Le laboratoire américain National Renewable Energy Laboratory (NREL) a collaboré avec la mission de développement régional pour l’Asie de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) afin d’évaluer le potentiel technique du photovoltaïque flottant dans l’ensemble de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE). L’ASEAN s’est fixé pour objectif d’atteindre une capacité installée de 35 % à partir de sources d’énergie renouvelables d’ici à 2025.

Le NREL a évalué le potentiel technique des panneaux photovoltaïques flottants (FPV) dans 10 pays de l’ANASE, à l’aide d’un outil d’exploration des données solaires. « Les panneaux photovoltaïques flottants sont situés sur des plans d’eau tels que des lacs, des réservoirs ou des bassins de traitement des eaux, où ils peuvent être installés seuls ou en combinaison avec des barrages hydroélectriques », a déclaré le NREL.

Selon le NREL, l’énergie photovoltaïque flottante est particulièrement intéressante dans les endroits où l’infrastructure hydroélectrique est prévue ou déjà en place et où l’augmentation de la fréquence ou de la gravité des sécheresses peut poser des problèmes de fiabilité pour la production d’énergie hydroélectrique. L’Asie du Sud-Est est particulièrement exposée à ce risque de sous-production d’énergie hydroélectrique car elle dispose d’un solide réseau d’installations établies. « En outre, une grande partie de la région est couverte par des écosystèmes de forêt tropicale, explique Evan Rosenlieb, chercheur en données géospatiales au NREL. L’installation de panneaux photovoltaïques sur l’eau peut être un moyen d’augmenter la production d’énergie renouvelable sans déforestation ».

L’Asie du Sud-Est est également un foyer pour la pratique croissante de l’aquaculture, c’est-à-dire l’élevage de poissons, de crustacés et de plantes aquatiques dans un plan d’eau contrôlé. Ces sites sont considérés comme un autre terrain d’application potentiel pour le photovoltaïque flottant. « Cette combinaison émergente d’aquaculture et de photovoltaïque, communément appelée AquaPV, peut permettre aux pays d’associer la production d’énergie et de nourriture sur des plans d’eau existants, naturels ou artificiels, tout en minimisant l’impact environnemental global des deux secteurs », a déclaré Prateek Joshi, ingénieur en énergie au NREL.

Prateek Joshi et l’équipe du NREL estiment que l’aquaculture et l’énergie solaire peuvent contribuer à renforcer la sécurité alimentaire dans la région, en offrant une production d’énergie dédiée et résiliente à des sources d’alimentation essentielles. Les données accompagnant le rapport sont accessibles au public en tant que ressource pour les développeurs souhaitant en savoir plus sur le potentiel technique et économique du photovoltaïque flottant dans la région. « Ces données permettront d’approfondir les discussions et d’éclairer les décisions sur le rôle potentiel du [PV flottant] dans la région. Cela n’aurait pas été possible sans le travail réalisé dans le cadre d’études antérieures sur le PV flottant et sans le développement de l’outil RE Data Explorer », a déclaré Sika Gadzanku, chercheur au NREL spécialisé dans les technologies et les politiques de l’énergie.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...