[L’acteur de la semaine] Le projet Hyguane pour verdir le lancement d’Ariane 6 grâce au solaire et à l’hydrogène

Share

Le Centre spatial guyanais (CSG), qui assure le lancement des satellites et des lanceurs Ariane 5 et Ariane 6, représente 15 % de la consommation d’électricité en Guyane. Afin de diminuer son impact environnemental, l’Agence spatiale européenne (ESA) a donc initié le projet Hyguane (HYdrogène GUyanais A Neutralité Environnementale), visant à remplacer une partie de l’hydrogène gris utilisé dans les ergols de lanceurs (les carburants) par de l’hydrogène vert.

L’équipe d’Ariane 6 sur le pas de tir.

Image : ESA

« Pour le moment, l’hydrogène est produit par l’usine d’Air Liquide Space Guyane (ALSG) par reformage à la vapeur de méthanol importé de Trinidad et Tobago, un procédé qui génère une forte quantité de CO2 », précise à pv magazine France Antoine Madoui, PDG de Nerius Invest, développeur de projets de production d’énergies renouvelables à partir des biomasses et des déchets. Sa société a rejoint en mars dernier le consortium composé d’industriels du secteur de l’énergie (Air Liquide, MT-Aerospace, Be.blue), de trois universités (l’université de Guyane, l’université de Liège, l’université libre de Bruxelles) et de deux institutions (ESA et le CNES). « Le but d’Hyguane est donc de produire 80 tonnes d’hydrogène vert par an, pour remplacer entre 15 et 30 % de l’hydrogène gris », poursuit-il. L’impact sur les émissions de CO2 n’a cependant pas été précisé.

Une centrale solaire de 5 MWc pour alimenter l’électrolyseur

L’électrolyseur sera alimenté à 100 % par de l’électricité provenant d’une centrale photovoltaïque de 5 MWc sera installée sur le port spatial de l’Europe. Chargé de la maîtrise d’œuvre, le CNES (Centre national d’études spatiales) choisira le ou les développeurs-opérateurs lors d’un appel d’offres à venir.

Au total, l’électrolyseur alimenté par la centrale solaire produira 130 tonnes d’hydrogène renouvelable. « En plus de 80 tonnes utilisés pour les lanceurs, 50 tonnes vont être fléchées vers des usages locaux dans le cadre d’un transfert de technologie : 45 tonnes pour la mobilité lourde et 5 tonnes pour alimenter une pile à combustible », complète Antoine Madoui, dont la société a pour mission de développer la filière mobilité hydrogène en Guyane. Dans ce cadre, une station-service hydrogène destinée aux camions, bus, engins de travaux publics, engins agricoles et forestiers sera implantée d’ici à 2026.

Pour lancer le marché, cinq véhicules à hydrogène seront déployés sur le territoire : deux poids lourds de 44 tonnes achetés par l’entreprise allemande MT-Aerospace, qui fabrique des pièces de structures de lanceurs spatiaux, deux véhicules utilitaires et une navette VIP de 12 places. Cet hydrogène “Made in Kourou” sera commercialisé à 16 euros du kilo à un prix de marché identique à celui de la Métropole.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.