Africa Energy Forum : 0,09 $/kWh devient une norme pour l’énergie solaire en Afrique

Share

De nouveaux systèmes solaires peuvent être installés en Afrique pour seulement neuf centimes de dollars américains par kilowatt-heure, selon le taux en cours, ont indiqué les investisseurs lors de la journée d’ouverture du forum sur l’énergie en Afrique, Africa Energy Forum, qui se tient à Lisbonne cette semaine.

Les États devraient s’engager dans une ruée vers l’or solaire afin de sécuriser les investissements mondiaux dans les projets menés par des producteurs d’énergie indépendants (IPP), ont déclaré les délégués à la manifestation.

Bien que des programmes tels que Scaling Solar dirigé par la société financière internationale World Bank puissent conduire à des tarifs encore plus bas, les États africains qui ne souhaitent pas participer à cette initiative peuvent toujours obtenir une énergie solaire de neuf centimes en utilisant le modèle IPP, ont déclaré des délégués.

C’est le ministre de l’Énergie du Burkina Faso, Bachir Ismael Ouedraogo, qui a évoqué le chiffre de 0,09 $/kWh et il a déclaré au forum que la production d’électricité à partir de combustibles fossiles de son pays était plus chère, entre 0,20 $/kWh et 0,25 $/kWh.

Un rythme plus rapide requis

Malgré les coûts en baisse de la technologie photovoltaïque et l’intérêt croissant des investisseurs potentiels, le développement de l’énergie solaire en Afrique est lent, a déclaré Andrew Herscowitz, coordinateur de Power Africa, une initiative américaine créée par l’ancien président Barack Obama pour promouvoir l’accès à l’électricité sur le continent.

Souvent, a ajouté Herscowitz, les ministres africains de l’énergie encouragent les projets d’énergie renouvelable uniquement pour se rendre compte que leurs collègues ministres n’ont aucune idée de ceux-ci ou s’opposent activement à leur développement.

Il a ajouté que la diversité des cultures observées dans les 54 nations du continent nécessite qu’on examine en détail la façon dont les projets sont conduits localement.

Les investisseurs n’attendront pas éternellement et se dirigeront vers d’autres marchés prometteurs, tels que l’Inde, à moins que les États africains ne collaborent avec eux pour mener à bien leurs projets financiers, a prévenu Herscowitz.

Le représentant de Power Africa ne semblait pas espérer que les mini et micro-réseaux offrent une alternative aux projets IPP, principalement parce que ces systèmes ne sont pas encore viables sur le plan commercial. Au lieu de cela, les projets solaires à grande échelle seraient la voie à suivre pour le développement de l’énergie en Afrique.

Selon M. Herscowitz, il faudrait que les gouvernements se concentrent sur la définition de sites à développer et sur la mise en place d’une politique de soutien permettant de mettre en place des pipelines dans de nombreux États africains utilisant l’énergie produite par des centrales de plusieurs gigawatts dans les prochaines décennies.