Nouveaux investissements dans le solaire off-grid au Bénin et au Burundi

Share

En février dernier, le Groupe de la Banque mondiale et de l’Association mondiale du secteur de l’énergie hors réseau (GOGLA) publiait un rapport sur le secteur des systèmes solaires off-grid : approvisionnant 420 millions d’usagers en électricité, le secteur représente un marché annuel de 1,75 milliard de dollars. Il montrait que, bien que plus de 180 millions de systèmes solaires hors réseau aient été vendus dans le monde, 840 millions d’individus restaient encore privés d’accès à l’électricité. « L’essor de cette filière est un enjeu vital pour la réalisation du septième objectif de développement durable, qui prévoit de garantir d’ici 2030 l’accès de tous à des services énergétiques fiables, modernes et à un coût abordable », rappelait-t-il.

C’est dans cet optique que le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a approuvé deux dons de l’Association internationale de développement (IDA) — l’institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres –, totalisant une enveloppe de 160 millions de dollars au Burundi, dont 100 millions de dollars seront destinés à des projets d’énergie solaire, et 60 millions à des projets de développement communautaire (construction et la remise en état d’installations sanitaires et éducatives, de systèmes d’adduction d’eau et d’assainissement, de routes rurales et de ponts, création de microentreprises…).

Le projet d’énergie solaire doté des 100 millions de dollars, nommé « Soleil » ou « Nyakiriza » en kirundi (« éclaire-moi »), a pour objectif de multiplier par deux le taux d’accès à l’électricité en améliorant l’accès des familles rurales, des entreprises locales, des écoles et des dispensaires dans certaines des régions les plus démunies du pays. « Plus de 91 000 familles, 4 000 petites entreprises, 500 écoles et 400 dispensaires seront ainsi raccordés à l’électricité par des mini-réseaux ou des installations solaires autonomes », précise la Banque mondiale. Par ailleurs, des cuisinières propres et efficientes équiperont 400 écoles et 300 000 ménages. En tout, ce projet représentera une capacité de production d’énergie renouvelable d’environ 17 MW.

Au Bénin, le montant du prêt signé entre la Banque d’Investissement et de Développement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et le gouvernement atteint 21,1 millions de dollars US. Il participera également au financement de l’électrification d’infrastructures communautaires par des installations solaires photovoltaïques. Dans 11 régions du Bénin (Alibori, Atacora, Atlantique, Borgou, Collines, Couffo, Donga, Mono, Ouémé, Plateau et Zou), ce sont 336 centres de santé, 184 centres de sécurité et 230 collèges d’enseignement général — au total 750 infrastructures — qui bénéficieront des solutions solaires assurant une autonomie énergétique et un fonctionnement en continu des installations.

Ce projet s’inscrit dans le cadre du Plan stratégique de développement énergétique du Bénin, notamment dans le volet de l’électrification rurale, qui cible un taux d’électrification compris entre 79 % et 92 % à l’horizon 2035, précise la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO.

« Ainsi, le projet contribue significativement à répondre à la demande en électricité des infrastructures communautaires du pays, étant donné que le manque d’accès aux services énergétiques modernes tels que l’électricité, et la cherté de ces services ont été identifiés comme constituant d’importants obstacles à la réduction de la pauvreté et à la réalisation des objectifs de développement durable en Afrique », souligne-t-elle.

Afin d’accroître l’accès à l’électricité grâce à des projets hors réseau, le pays a également annoncé l’exonération de la TVA sur les importations de matériel, d’équipements et d’accessoires pour l’installation de systèmes photovoltaïques et solaires thermiques.