Le Haut Conseil pour le Climat épingle la trajectoire vers la neutralité carbone

Share

La trajectoire suivie par la France pour atteindre la neutralité carbone en 2050 ne permettra pas d’atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050, alerte le Haut Conseil pour le Climat

« Avec un recul de 0,9 % en 2019, elle est similaire à la moyenne des années précédentes et encore très loin des – 3% attendus à partir de 2025, » insiste le HCC.

Le rapport précise que ce sont les retards accumulés du transport et du bâtiment sont ceux qui pèsent le plus dans les déficits carbone des années passées. En outre, le rejets du secteur agricole stagnent alors qu’une diminution est attendue d’ici 2025 par la SNBC. Le HCC signale enfin que « la baisse temporaire des émissions de CO2 résultant du confinement (environ –13 % entre janvier et mai) ne répond pas aux enjeux de la transition bas-carbone et reste marginale par rapport aux efforts structurels à accomplir. » Et d’insister pour bannir tout soutien au secteurs carbonés dans le cadre du plan de relance. Ce que ne fait pas le gouvernement avec ses aides à l’automobile et à l’aviation, a indiqué le HCC.

Energies renouvelables : beaucoup de doutes

Le HCC rappelle que « la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie est rehaussée de 32 à 33% en 2030, ambition qui va nécessiter d’accroître le rythme de déploiement de ces énergies, alors que l’échéance de 2020 de 23% ne sera probablement pas atteinte, au risque de sanction de la Commission européenne. Il revient au gouvernement de clarifier la méthode vers un changement d’échelle permettant de passer de 16% en 2018 (près de 6 points de retard accumulé à rattraper) à 33% en 2030. » En outre, « les obligations en matière de développement du photovoltaïque restent mesurées même si les possibilités d’implantation sont élargies, indique le rapport. Le HCC poursuit : « La possibilité de développement de communautés d’énergie renouvelables est un signal dans le bon sens. Toutefois le choc de simplification largement demandé en faveur de l’autoconsommation n’est pas au rendez-vous. Au vu des enjeux et des objectifs à accomplir, une évaluation fine et régulière de ces dispositifs, qui n’est pas prévue par la loi, devra être mise en œuvre. »

Et le HCC de conclure que dans le contexte de crise actuel et ce constat fait, « l’enjeu n’est pas d’intégrer le climat au cadre du plan de reprise, mais d’insérer le plan de reprise dans les limites du climat. »