GreenYellow vise les 500 M€ de chiffre d’affaires en 2021

Share

« Une année record et complexe », c’est ainsi que Otmane Hajji, le président de GreenYellow, a qualifié 2020 lors d’une conférence de presse. Record en termes de chiffre d’affaires d’abord, car l’entreprise a réalisé un CA de 352 M€, en croissance de 40 % par rapport à 2019. Si de nombreux projets ont dû être décalés au deuxième trimestre 2020 en raison de la crise du Coronavirus, le retard a pu en grande partie être rattrapé à partir du quatrième trimestre. 2020 est donc aussi une année record en termes de mises en service et de pipeline : GreenYellow a en effet livré 120 MWc de projets solaires, soit en une seule année une augmentation du parc installé de 30 %. D’autre part, 6,5 M€ d’économies d’énergie ont également été générés dans le cadre des projets d’efficacité énergétique (84,5 millions d’euros depuis sa création). Au 31 décembre, GreenYellow enregistrait donc un pipeline solaire de 565 MW et de 25,2 millions d’euros sur les projets d’efficacité énergétique identifiés.

« Nous ne sommes pas surpris par cette accélération, a indiqué Otmane Hajji. Elle n’est que la concrétisation de l’augmentation de capital réalisée fin 2018 et du travail de toutes nos équipes. Nous constatons également que le marché a beaucoup évolué dans sa perception des acteurs du secteur et des enjeux, avec une véritable prise de conscience mondiale sur les sujets climatiques et énergétiques».

Depuis le troisième trimestre 2020, l’entreprise observe ainsi une forte dynamique commerciale, avec des clients de plus en plus nombreux à chercher des partenaires pour les accompagner dans leur trajectoire de réduction des émissions de carbone. Parmi les projets « phare » de GreenYellow figurent par exemple la climatisation de 60 magasins Éxito en Colombie grâce à l’énergie solaire, la solarisation de 50 sites de magasins Makro en Asie, et celle de 37 sites et un entrepôt logistique en France.

« Tout ceci présage donc d’une année 2021 sur cette même lancée, avec des objectifs très ambitieux, mais à notre portée », a promis Otmane Hajji. La filiale de Casino vise ainsi les 500 millions d’euros de chiffre d’affaires sur 2021, un Ebitda de 90 millions d’euros, ainsi que la livraison de 335 MW de nouveaux projets solaires et 24 millions d’€ d’économie d’énergie supplémentaires. Elle poursuivra son développement selon quatre axes :

  • L’internationalisation, avec 75 % des projets réalisés à l’étranger en 2020 et la conquête de nouveaux territoires en lien avec ses géographies historiques : GreenYellow a ainsi renforcé ses positions en Asie avec le Vietnam (32 MW de pipeline au 31 décembre), en Afrique, notamment en Afrique du Sud et au Burkina Faso), et en Amérique du Sud, en particulier en Colombie où a été livrée l’une des plus grandes centrales du pays.
  • La diversification accrue de son portefeuille clients, avec 90 % de projets réalisés hors de son client historique, le groupe Casino, le renforcement de positionnement d’allié des collectivités territoriales, et la poursuite de son développement sur les marchés les plus actifs que sont l’industrie, la logistique, le retail et l’immobilier commercial.
  • 200 000 nouveaux clients sur son offre « BtoC » de fourniture d’électricité et de gaz en France
  • L’enrichissement de sa plateforme de solutions et l’innovation avec la mobilité électrique, GreenYellow étant signataire de la charte « Objectif 100,000 bornes ».

Enfin, GreenYellow voit dans sa nouvelle offre, Utility as a Service (UAAS), un nouveau business model, très prometteur, sur lequel elle a réalisé un CA de 18,2 M€ en moins d’un an. « En France, nous avons un mix très peu carboné, a rappelé Otmane Hajji. De fait, une solution solaire unique ne peut résoudre la problématique d’un client de réduction de son empreinte CO2. En revanche, une stratégie d’efficacité énergétique et de service à l’énergie peut l’aider davantage. C’est l’objectif de notre offre Utility as a Service : nous ne vendons plus seulement un actif solaire, mais nous devenons un opérateur complet en fournissant une solution (du chaud, de la climatisation…). Par conséquent, c’est nous qui prenons le risque de l’investissement et le client ne paie qu’un service ». Et de conclure que « la logique du consomm’acteur est devenue une réalité ».

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...