Actualités hydrogène : Rolls Royce, hausse des prix et bière alimentée à l’hydrogène

Share

D’après pv magazine international.

Après le récent regain d’intérêt pour les fuites de méthane, la communauté scientifique explore et étudie maintenant les fuites d’hydrogène. Un groupe de chercheurs du Centre international de recherche sur le climat (Cicero) basé à Oslo a écrit ce mois-ci que des recherches supplémentaires sur le sujet sont nécessaires. « Les émissions de gaz d’hydrogène dans l’atmosphère peuvent très probablement provoquer un réchauffement de la planète par des effets indirects. Il est également possible qu’elles provoquent l’appauvrissement de la couche d’ozone et qu’elles aient un impact sur la pollution atmosphérique. Ces effets néfastes sont probablement moins importants que ceux de l’utilisation de combustibles fossiles que l’hydrogène remplacerait, mais ils soulignent l’importance de limiter autant que possible les fuites d’hydrogène », a écrit l’équipe dirigée par Maria Sand dans son résumé.

Les coûts de production de l’hydrogène ont constamment augmenté au cours du deuxième trimestre de l’année, et la tendance se poursuit au cours des troisième et quatrième trimestres, a noté la Commission européenne dans son rapport trimestriel sur les marchés européens du gaz publié la semaine dernière. Cette croissance est due à la hausse simultanée des prix du gaz et de l’électricité. « Le prix d’évaluation des coûts des technologies alcalines est passé de 103 €/MWh en avril à 138 €/MWh en juin (et à 179 €/MWh en août, avec les coûts des dépenses en capital), tandis que les prix de la production basée sur la technologie des piles à combustible à membrane d’échange de protons (PEMFC) sont passés de 132 €/MWh en avril à 172 €/MWh en juin (et à 220 €/MWh en août). Ces coûts évalués étaient environ deux fois plus élevés que les prix de gros de l’électricité. Parallèlement, les évaluations de coûts basées sur la technologie de reformage du méthane à la vapeur (SMR) sont passées de 36 €/MWh en avril à 51 €/MWh en juin, puis à 76 €/MWh en août, soit près de deux fois le prix de gros du gaz naturel chaque mois. Il semble que les technologies de l’électrolyseur alcalin et de PEMFC, par le biais de prix de gros de l’électricité plus élevés, ont été touchées à la fois par la hausse des prix du carbone et par celle des prix du gaz, ce dernier étant le facteur de fixation des prix le plus courant sur les marchés de gros de l’électricité », peut-on lire dans l’analyse du deuxième trimestre de l’année. Le rapport du trimestre précédent ne parlait pas des prix de l’hydrogène, mais se concentrait plutôt sur tous les aspects de l’hydrogène d’un point de vue conceptuel. Le nouveau document publié est plus pratique.

Budweiser Brewing Group UK&I, la branche britannique du brasseur mondial Anheuser-Busch InBev, et Protium, la société britannique d’énergie verte à base d’hydrogène, se sont associés pour explorer le déploiement de l’hydrogène vert à émission zéro à la brasserie Magor dans le sud du Pays de Galles, l’une des plus grandes brasseries du Royaume-Uni. « Le projet permettrait de construire le premier système de production d’hydrogène à grande échelle dans une brasserie. L’hydrogène alimentera la production de la brasserie, ainsi que ses principaux moyens logistiques, notamment les poids lourds et les chariots élévateurs. L’utilisation de la technologie de l’hydrogène vert contribuera à fournir de l’énergie et du carburant sans carbone pour toutes ses opérations, une étape importante afin que la brasserie devienne neutre en carbone », a écrit Protium mardi.

Le fabricant britannique d’engins de construction JCB investit 100 millions GBP (118,2 millions EUR) dans un projet visant à accroître l’efficacité de ses moteurs à hydrogène, a annoncé l’entreprise mardi. JCB produit des moteurs dans le Derbyshire, au Royaume-Uni, et à Delhi, en Inde, depuis 2004. « Une équipe de 100 ingénieurs travaille déjà sur ce développement passionnant, et le recrutement de jusqu’à 50 autres ingénieurs est en cours, alors que JCB vise la fin de 2022 pour que les premières machines soient disponibles à la vente pour les clients », peut-on lire dans l’annonce. Dans le même communiqué, le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré que l’économie de l’hydrogène au Royaume-Uni est « un domaine passionnant qui sera essentiel pour lutter contre le changement climatique, créer de nouveaux emplois et attirer les investissements ».

La société d’ingénierie britannique Rolls-Royce a déclaré que dans les deux prochaines années, certains de ses moteurs fonctionneront uniquement à l’hydrogène. « Aujourd’hui déjà, les groupes électrogènes alimentés par les moteurs à gaz MTU Series 500 et Series 4000 peuvent fonctionner avec un mélange de gaz à 10 % d’hydrogène. À partir de 2022, un fonctionnement avec une teneur en hydrogène de 25 % sera possible », a écrit l’entreprise vendredi dernier. Rolls-Royce a déclaré que le gaz naturel sera le principal carburant dans le développement de l’écosystème de l’hydrogène. « Suite à des tests intensifs sur des bancs d’essai et des installations pilotes chez des clients en 2022, Rolls-Royce commercialisera en continu les nouveaux moteurs à gaz MTU Series 500 et Series 4000 à partir de 2023 pour une utilisation avec jusqu’à 100 % d’hydrogène, et avec une base de conception à la commande des kits de conversion pour permettre aux moteurs à gaz déjà installés sur le terrain de fonctionner avec 100 % d’hydrogène », a déclaré Perry Kuiper, le président de Sustainable Power Solutions chez Rolls-Royce Power Systems. Le siège de Rolls-Royce Power Systems est situé à Friedrichshafen, dans le sud de l’Allemagne.

Par l’intermédiaire de sa filiale Inovyn, la multinationale britannique de produits chimiques Ineos a annoncé son intention de construire un électrolyseur de 100 MW sur son site de Cologne en Allemagne, dans le cadre de son investissement de 2 milliards EUR dans l’hydrogène vert annoncé lundi. Le projet, qui a passé la première phase de sélection du processus des projets importants d’intérêt européen commun, comportera trois étapes. Premièrement, Ineos produira de l’hydrogène vert qui sera utilisé pour la production d’ammoniac vert. Deuxièmement, elle cherchera à développer des carburants électriques grâce à des applications de conversion de l’énergie en méthanol. Enfin, Ineos vendra de l’hydrogène aux utilisateurs de la région. « Pour réaliser cet investissement, le soutien du gouvernement et un cadre réglementaire approprié sont nécessaires », a écrit l’entreprise mardi. Plus tôt cette semaine, la société a annoncé un investissement de 2 milliards EUR, le qualifiant de plus gros investissement jamais réalisé en Europe dans des projets d’électrolyse liés à l’hydrogène. « Les premières usines seront construites en Norvège, en Allemagne et en Belgique au cours des dix prochaines années, et des investissements sont également prévus au Royaume-Uni et en France », peut-on lire dans l’annonce faite lundi. La première unité à être construite sera un électrolyseur de 20 MW qui produira de l’hydrogène propre grâce à l’électrolyse de l’eau, alimenté par de l’électricité zéro-carbone en Norvège.

La Banque européenne d’investissement (BEI) et le gouvernement flamand ont signé un protocole d’accord sur l’hydrogène. « Cet accord permettra d’identifier les projets susceptibles de bénéficier d’un financement de la BEI et de soutenir leur bancabilité », a écrit la BEI lundi. « La Flandre a d’énormes ambitions dans le domaine de l’hydrogène durable, de la production d’hydrogène vert à la mise en œuvre de cet hydrogène pour l’acier ou les carburants durables, jusqu’au développement d’usines de production d’hydrogène moins coûteuses », a déclaré la ministre flamande de l’Innovation Hilde Crevits.

Le spécialiste italo-allemand de l’hydrogène Enapter a remporté le prix Earthshot, créé par le Prince William et la British Royal Foundation, dans la catégorie « Corriger notre climat ». « Le prix à hauteur d’1 million GBP [1,18 million EUR] sera utilisé dans une partie essentielle de l’installation de production de masse Enapter Campus ainsi que pour investir davantage dans la recherche et le développement », a écrit l’entreprise mardi. Plus tôt cette année, Enapter a lancé la construction de l’Enapter Campus, un site en Allemagne où elle prévoit, à partir de 2023, de fabriquer 10 000 électrolyseurs par mois. Le prix Earthshot est un prix décerné chaque année, de 2021 à 2030, à cinq lauréats dont les solutions aident considérablement l’environnement.

La société Svevind basée en Suède et une délégation du gouvernement du Kazakhstan ont signé une feuille de route décrivant les prochaines étapes pour le développement et la construction de projets d’hydrogène vert dans ce pays d’Asie centrale. « Les installations d’hydrogène vert hisseront le Kazakhstan parmi les leaders mondiaux des énergies renouvelables et de l’hydrogène vert. Nous sommes très enthousiastes à l’idée de franchir cette nouvelle étape dans le développement du projet, et nous sommes reconnaissants du soutien exceptionnel du gouvernement kazakh », a déclaré le PDG de Svevind Wolfgang Kropp. Svevind est un groupe privé d’entreprises du secteur des énergies renouvelables, basées à Weißenbrunn (Allemagne), Piteå (nord de la Suède), Dresde (Allemagne) et Almaty (Kazakhstan). « Nous croyons aux perspectives de la très grande échelle des projets d’électrolyse de 30 GW dans nos steppes interminables. Nous avons actuellement la connaissance et la disponibilité de toutes les ressources nécessaires telles que le vent, le soleil, l’eau, la terre et le savoir-faire de Svevind », a commenté Almas Aidarov, vice-ministre des Affaires étrangères du Kazakhstan, dans le communiqué de presse.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

L’action du développeur solaire résidentiel SunPower s’effondre de 70 %
23 juillet 2024 Le cours de l'action du développeur américain d'installations solaires en toiture, appartenant à 32 % à TotalEnergies, est passé sous la barre des 1 $...