L’aéroport de Mayotte couvre sa toiture de panneaux photovoltaïques

Share

La couverture des toits de l’île de Mayotte se poursuit. Le développeur et producteur d’énergie français Volta vient d’annoncer la mise en service d’une centrale solaire en toiture de 900 kW, équipée d’un système de stockage de 900 kWh, sur l’aéroport de Mayotte en Petite Terre. Ladite installation, baptisée Djema 1, serait en marche depuis le 1 er octobre 2021. A pleine activité, sa production annuelle devrait s’élever à environ 1 300 MWh d’énergie et sera entièrement injectée dans le réseau électrique de l’île.

Elle a été construite par l’opérateur PV CorexSolar International qui a recouvert le toit de 7000 mètres carrés avec des panneaux anti-éblouissements. Le communiqué précise que la construction a mobilisé un investissement de près de 2 millions d’euros. Avec Volta et CorexSolar, c’est l’exploitant de l’aéroport Mayotte-Dzaoudzi-Pamandzi, Edeis, qui a porté le projet pour répondre à un appel d’offres de la CRE.

Djema 1 s’inscrit dans un programme de développement énergétique plus vaste qui prévoit l’installation d’autres systèmes solaires dans les 24 prochains mois. Volta évoque notamment la mise en place d’ombrières photovoltaïques sur le parking de l’aéroport dans le cadre du futur Djema 2. Le tout fait partie d’un portefeuille de projets mahorais soutenu financièrement par Bpifrance via un prêt global de 10 millions d’euros. Ce financement couvre notamment la centrale avec stockage de Dzoumogné, la plus grande installation solaire du territoire avec 1,8 MW de puissance et 2 MWh de stockage.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...