CVE et Q Energy inaugurent la centrale solaire de Terres Neuves 2

Share

Le producteur d’énergies renouvelables CVE a inauguré la centrale photovoltaïque de Terres Neuves 2, située sur le site du Centre National de Prévention et de Protection (CNPP), à cheval sur les communes de Saint Etienne-sous-Bailleul et de La Chapelle Longueville. Le projet de 13,3 MWc a été développé par Q Energy (anciennement affilié au groupe RES) et vendu à CVE en 2020. Ce dernier en a assuré la construction, sur un terrain non cultivable, et l’exploitera pour une durée de 30 ans.

Deuxième tranche de la centrale solaire de Terres Neuves déjà développée par Q Energy, c’est la première centrale au sol à rentrer en exploitation en Normandie pour CVE. Elle témoigne de sa volonté de se développer dans cette région avec des projets de territoire, respectueux de l’environnement et de la biodiversité, en privilégiant la réhabilitation de sites anthropisés ou des toitures et ombrières. « Les énergies renouvelables, notamment le photovoltaïque, ne cessent de gagner du terrain. Notre ambition est de disposer d’une puissance installée de 2 GWc à horizon 2025. C’est à nous d’accompagner ce développement de façon vertueuse et éco-responsable », indique Frédéric Fortin, Directeur du développement commercial et des partenariats chez CVE.

L’Agglo Seine-Eure, territoire à énergie positive d’ici à 2050

Un plan de gestion environnemental a été mis en place pour préserver la biodiversité aussi bien pendant les travaux de construction que dans la durée de l’exploitation de la centrale. Ce plan implique des mesures telles que la conservation des boisements autour du site, le respect d’un calendrier écologique pendant les travaux pour limiter les impacts sur la faune locale et la mise en place de vastes zones d’évitement pour la protection de la faune et de la flore. De même, un plan de limitation de la dispersion d’espèces exotiques envahissantes a été assuré pendant les travaux, ainsi que l’installation d’une clôture spécifique à grande maille et ouverte au sol pour autoriser le passage de la petite faune. Enfin, l’entretien de la centrale sera effectué par de l’ecopâturage et un suivi de la biodiversité (faune et flore) sera réalisé par un bureau d’étude pendant toute la durée de l’exploitation.

Le projet est soutenu par l’Agglo Seine-Eure qui souhaite encourager et participer à l’émergence de projets similaires sur son sol, en phase avec sa politique de transition énergétique, qui vise à devenir un territoire à énergie positive d’ici 2050. Si la mise à disposition du foncier est à titre privé (le terrain appartenant au CNPP), les agglomérations percevront néanmoins la fiscalité propre au projet, notamment l’IFER (impôt forfaitaire des entreprises de réseaux).

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...