[Acteur de la semaine] Ener-Pacte ou comment optimiser la rentabilité d’une centrale PV dans le temps

Share

Rémi Berthon, co-fondateur d’Ener-Pacte.

Image : Ener-Pacte

Ener-Pacte est née en 2016, « d’une intuition qui reste encore aujourd’hui notre cheval de bataille », explique son co-fondateur Remi Berthon : « les centrales photovoltaïques existantes fonctionnent correctement mais restent moins satisfaisantes que sur modélisation ». Selon son expérience, les propriétaires n’ont peu ou pas conscience du potentiel maximum de la rentabilité que pourrait atteindre leur installation solaire.

Ener-Pacte propose de calculer la rentabilité actuelle des centrales et d’identifier, au terme d’un audit, les points de risque, les améliorations possibles et les plans d’action à réaliser par le mainteneur ou l’installateur pour atteindre la rentabilité modélisée. La société garantit ensuite ce niveau de rentabilité sur la durée du contrat d’obligation d’achat en se rémunérant sur les gains de revenus de ses clients, qui sont principalement des propriétaires de centrales non professionnels.

De 1,5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022, Ener-Pacte espère doubler ses revenus tous les ans dans les prochaines années puisque la société a identifié pas moins de 10 000 centrales de plus de 100 kW qui ont entre 5 et 10 ans en France et qui pourraient profiter de son accompagnement.

« Faire apparaître tous les électrons produits au compteur »

« Tout électron produit qui n’apparaît pas au compteur est une perte d’énergie et un manque à gagner économique », explique Rémi Berthon. « Cela peut aussi, à long terme, devenir un problème technique et créer des risques ».

Pour l’entrepreneur, l’industrie photovoltaïque semble ne pas vouloir lever le voile sur l’apparente simplicité de ses systèmes. Ener-Pacte accompagne des propriétaires d’installation PV sur toiture, qui ne connaissent pas l’état de la centrale, mais qui sont satisfaits financièrement. La perception du risque est faible et le propriétaire n’a pas envie de réinvestir. Pourtant, il est dans l’usage commun de réparer d’autres objets technologiques comme les téléphones ou les voitures. « On estime la perte d’une installation solaire à 0,5% par an », précise Rémi Berthon.

A date, Ener-Pacte compte 105 centrales sous contrats. Sur ce portefeuille d’installations, aucun incident n’a été constaté depuis le suivi. Pour le moment, l’entreprise accompagne quasi exclusivement des propriétaires non professionnel, même si elle aimerait adresser prochainement le marché des exploitants professionnels. « Des essais sont en cours », confie Rémi Berthon.

Garantir la rentabilité des centrales dans le temps

Pour Ener-Pacte il est primordial de sensibiliser les prospects. « Nous accompagnons des centrales photovoltaïques existantes en toiture, entre 100 kW et 1,4 MW », explique Rémi Berthon. Une fois mandatée, la société peut alors calculer et valider la rentabilité moyenne de l’installation : un chiffre d’affaires moyen est estimé, auquel sont intégrées les charges telles que les réparations, la maintenance, les taxes. Le total est projeté jusqu’à la fin du contrat d’obligation d’achat.

La réalisation d’un audit technique, de règlementation et d’assurance permet d’évaluer les points d’amélioration de l’installation et d’identifier les pertes potentielles de rentabilité dans le temps. « Nous garantissons ce niveau de rentabilité initial. Notre rémunération provient exclusivement des revenus supérieurs générés via notre action », précise Rémi Berthon.

Côté réglementation, la société vérifie les normes d’intégration, évalue les changements de panneaux qui pourraient mettre la production en défaut et s’assure du respect contractuel de l’installation. Côté assurance, il s’agit de vérifier que la centrale remplit ses obligations pour que le ou la propriétaire soit effectivement éligible à une indemnité totale et sans retard dans l’éventualité d’un sinistre sur l’installation.

A l’issu de l’audit, Ener-Pacte identifie les points de risques, les améliorations à mettre en place et le plan d’action à réaliser par le mainteneur ou l’installateur du client. Par la suite, la société peut évaluer la portée de ses préconisations et suivre l’évolution de la rentabilité grâce au traitement de données de monitoring. « Cela nous permet de détecter les évènements en amont et de les adresser grâce au mainteneur », souligne Rémi Berthon, qui rappelle que Ener-Pacte n’agit que sur la partie conseil.

Aujourd’hui les clients d’Ener-Pacte sont tous des propriétaires de centrales non professionnels – même si la société regarde de plus en plus vers les exploitants professionnels d’installation. Sur la centaine de clients actuels, 50 % sont des agriculteurs, 20 % des investisseurs et 30 % des propriétaires de hangars ou centres commerciaux.

Lutter contre le vieillissement non contrôlé des installations

Pour Rémi Berthon, « la problématique avec les centrales qui ont été construites il y a 5 ou 10 ans, c’est qu’il y a souvent des erreurs de conception ». Du câblage au boitier intermédiaire en passant par la longueur de string ou la boucle d’induction, les modalités de l’installation demandent précision et expérience. Si le niveau de compétence de la profession a largement évalué, certaines erreurs de montage perdurent.

« Deux tiers à trois quart des cas relevés proviennent du vieillissement non contrôlé de l’installation », explique Rémi Berthon qui cite à ce sujet les dégradations de câble, les conséquences de petits problèmes électriques non réglés ou l’apparition de points chauds sur certains panneaux. « En ayant une vision globale, on peut remplacer des éléments neufs pour améliorer la performance de la centrale », se réjouit Rémi Berthon qui rappelle également que « dans une chaîne électrique en série, c’est l’élément le plus bloquant qui va contraindre la production de l’ensemble de l’installation ».

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.