Adani Green met en service la première section du futur plus grand parc renouvelable au monde

Share

D’après pv magazine Inde

Adani Green a commencé à fournir de l’électricité au réseau indien à partir de son parc photovoltaïque situé à Khavda, dans l’État du Gujarat d’une capacité de 551 MW.

L’entreprise a franchi cette étape dans les 12 mois qui ont suivi le début des travaux sur le parc d’énergies renouvelables de Khavda, en commençant par le développement de l’infrastructure de base, y compris les routes et la connectivité. Dans ce cadre, elle a affirmé vouloir soutenir le développement d’une chaîne d’approvisionnement locale et durable.

AGEL prévoit de développer une capacité de production d’énergie renouvelable de 30 GW sur le site. La capacité prévue devrait être opérationnelle dans les cinq prochaines années. Une fois achevé, le parc d’énergies renouvelables de Khavda sera la plus grande installation d’énergies renouvelables au monde. En effet, la région bénéficie d’une irradiation solaire élevée, à 2 060 kWh/m2, et est également dotée de l’une des meilleures ressources éoliennes de l’Inde.

AGEL développe, possède et exploite des centrales solaires, éoliennes et hybrides à grande échelle. Avec une trajectoire de croissance bloquée jusqu’à 20,8 GW, elle dispose actuellement d’un portefeuille d’énergies renouvelables de plus de 9 GW, réparti dans 12 États indiens. L’entreprise a développé plusieurs grandes centrales d’énergie renouvelable. Elle vise une capacité installée de 45 GW d’énergies renouvelables d’ici 2030, conformément aux objectifs de décarbonisation de l’Inde.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...