Des drones utilisés pour planifier un parc solaire de montagne en Suisse

Share

D’après pv magazine Italie

Le SLF est un institut de recherche suisse de renommée mondiale qui mène des recherches orientées vers la recherche de solutions sur les risques naturels, les écosystèmes de montagne, la neige et la glace. Il a récemment mené une enquête sur le col de la Bernina pour le compte d’une société de conception de systèmes photovoltaïques qui souhaite construire un parc solaire à cet endroit.

L’examen de l’état du terrain est très important et la FSL l’a fait en utilisant un drone qui a mesuré l’épaisseur de la neige. « Si vous installez un système photovoltaïque à un endroit où il y a 7 mètres de neige en hiver, il se brisera certainement au printemps », a déclaré Yves Bühler, du groupe de recherche sur la télédétection dans les Alpes de la SLF.

Les experts du SLF ont souligné que « quelques mètres à gauche ou à droite font souvent la différence entre un terrain adapté et un terrain inadapté », d’où l’importance de faire voler le drone pour obtenir des données scientifiques.

« Nous utilisons des caméras de drone pour mesurer la distribution spatiale de l’épaisseur de la neige, a ajouté M. Bühler. Si vous le faites après une chute de neige avec différentes directions de vent, vous pouvez mieux estimer quels endroits seraient propices à l’enneigement. Cela est particulièrement utile si l’on peut effectuer des mesures avant et après la construction des installations ».

« Les résultats de l’étude aérienne sont transmis directement aux planificateurs pour qu’ils établissent des rapports d’expertise afin de déterminer si des mesures spéciales sont nécessaires, explique Stefan Margreth, chef du groupe de recherche sur les mesures de protection du SLF. Auparavant, nous ne disposions que d’informations approximatives provenant de cartes indiquant l’épaisseur moyenne de la neige sur l’ensemble de la Suisse, éventuellement d’une station de mesure située à proximité, ce qui nous donnait une idée de la situation sur le terrain, mais pas les détails ». Dans la pratique, cependant, même une dépression relativement petite peut provoquer localement des épaisseurs de neige importantes. Les vols d’étude fournissent donc des informations importantes.

« Il faut adapter la garde au sol des modules photovoltaïques à l’épaisseur locale de la neige », note Stefan Margreth. Si la sous-structure est trop basse, les modules disparaîtront sous une couverture blanche et le parc solaire ne produira pas d’électricité. La pression de la neige peut également causer des dommages.

Sur un bâtiment industriel, une installation solaire augmente la charge de neige jusqu’à 25 % ; sur un espace ouvert, il est probable qu’il y ait environ 20 % de neige en plus. Une hauteur de 3 mètres devient alors de 3,5 à 4 mètres. « Il est très important de surveiller l’épaisseur de la neige après la construction d’un système afin de disposer d’une meilleure base pour les parcs solaires ultérieurs et les réparations », termine Stefan Margreth.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...