Les entreprises marocaines de la greentech se projettent à l’export

Share

Si l’entreprise Meier Energy, spécialisée dans l’efficacité énergétique, met volontiers en avant son étiquette “100 % Made in Morocco”, Fouad El Kohen, son directeur général, ne s’en cache pas : ses ambitions vont bien au-delà du royaume. « Aujourd’hui, nous réalisons 80 % de nos ventes au Maroc et 20 % à l’export, indique-t-il à pv magazine France. Notre objectif est d’inverser ces chiffres et de passer à 80 % à l’export » . Créée en 2020 en pleine épidémie de Covid-19, Meier Energy fabrique notamment des capteurs de mesure et des Data Logger multifonctions pour les centrales photovoltaïques à grande échelle. Ses produits sortent de deux unités de production à Casablanca qui emploient 30 personnes, dont quatre ingénieurs et deux techniciens dans l’équipe de R&D chargés de développer les logiciels et l’électronique.  

Pour l’accompagner dans cette démarche à l’international, Meier fait partie des 341 primo-exportateurs et 177 exportateurs confirmés sélectionnés dans le cadre du programme de l’Agence marocaine pour le développement des investissements et des exportations (AMDIE), qui aide les PME marocaines hors de leurs frontières sur la période 2024-2026. « Le Maroc, par la volonté du Roi et du gouvernement, a pour objectif de développer une base d’entreprises exportatrices et de valoriser les produits et services nationaux », nous confirme Houda Bouchara, business development manager du Cluster EnR, qui assiste les acteurs des énergies renouvelables dans des opérations de communication, d’événementiel et de formation. « C’est pourquoi nous devons aider tout cet écosystème à monter en compétences, à leur faire rencontrer des donneurs d’ordres étrangers », poursuit-elle.

Eclairage dans la ville de Bouskoura, au Maroc, réalisé par la société Novolight.

Image : Novolight

Aujourd’hui, Meier Energy dit être à la recherche de distributeurs en Europe pour promouvoir ses produits. C’est pourquoi elle faisait partie des huit sociétés sélectionnées pour participer au salon international du solaire et du stockage de Munich Intersolar et qui étaient réunies sur le grand pavillon national “Morocco Now”. La société Novolight était également présente, Oussama Dinar, son directeur général, ayant fait le voyage jusqu’en Bavière pour exposer ses solutions d’éclairage public, décoratif et de mobilier urbain alimenté par le photovoltaïque. « Nous sommes les seuls à fabriquer ce type de matériel sur tout le continent africain », déclare-t-il à pv magazine France. Nous sommes reconnus pour notre savoir-faire partout au Maroc, qui représente 85 % de notre chiffres d’affaires, avec des illuminations réalisées à Saïdia, Casablanca, Marrakech ou Essaouira ». Un type d’installation particulièrement énergivore, qui incite Novolight à privilégier des solutions technologiques visant à toujours plus d’efficacité énergétique, notamment grâce au photovoltaïque, dont le matériel (cellules et batteries) est importé de Chine ou d’Allemagne. Aujourd’hui à maturité, l’entreprise basée Casablanca n’a plus rien à prouver sur le sol marocain. Par sa présence à de nombreux salons en France, en Italie et en Allemagne, elle cherche avant tout à nouer des partenariats avec des distributeurs susceptibles de commercialiser ses produits partout en Europe.

Fondée en 1989, Energy Transfo, filiale du groupe Energy Holding, a quant à elle déjà pris ses marques à l’international et fabrique des transformateurs électriques qu’elle vend au Maroc et dans une vingtaine de pays, principalement en Afrique de l’ouest et en Afrique centrale. Elle a également fourni plusieurs projets en France. « Depuis plusieurs années, nous nous positionnons sur le secteur du photovoltaïque à grande échelle et développons des postes transformateurs avec onduleur intégré d’une capacité de 1 à 5 MW. Grâce à nos partenariats avec des fabricants d’onduleurs, nous pouvons proposer à nos clients une large gamme d’onduleurs qui sont intégrés à nos postes de transformation en conteneur ou en béton armé qui sont fabriqués dans notre usine marocaine », indique Othman Taariji, son directeur général. Travaillant avec des développeurs solaires et des EPC situés au Maroc, en Afrique et en Europe, dont Vinci par exemple pour la France, la société réalise actuellement plus de 40 % de son chiffre d’affaires à l’export et souhaite étendre cette part jusqu’à 70 %. « Pour cela, nous sommes en train de développer un poste transformateur avec onduleur de 10 MW, ce qui est le maximum offert à ce jour sur le marché mondial », détaille le représentant. Les nouveaux produits, lancés prochainement, seront fabriqués dans une usine en cours de finalisation à Casablanca.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

Enphase lance en France sa batterie domestique en 5 kWh
09 juillet 2024 Basée sur la chimie lithium fer phosphate (LFP), celle-ci dispose d'une capacité totale d'énergie utilisable de 5 kWh, de six micro-onduleurs IQ8D-BAT...