Le point du vue du SER-SOLER – Le marché français du photovoltaïque : préparons-nous à changer d’échelle

Share

Cette reconnaissance coïncide avec l’annonce de volumes extrêmement ambitieux pour l’énergie solaire. En effet, les objectifs définis pour 2028 par notre gouvernement dans la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) encore en débat imposent de multiplier par plus de quatre le volume annuel d’installations photovoltaïques à raccorder au réseau, par rapport aux presque 900 MW installés en 2018. Avec cet élan politique, l’énergie photovoltaïque pourrait représenter 10 % du mix électrique français à l’horizon 2030. Les entreprises françaises se mettent en ordre de marche et renforcent leurs effectifs pour répondre à cette ambition. Néanmoins, pour arriver à bon port, encore faut-il prendre les bonnes routes et en la matière et il reste du chemin à parcourir.

Tout d’abord, il est indispensable que ces objectifs s’accompagnent d’une visibilité et d’une stabilité suffisante pour que la filière continue de se structurer, et que l’industrie l’accompagne. Les tous derniers résultats des appels d’offres montrent que les volumes appelés ont eu du mal à trouver preneur sur les segments des installations en toitures. Si la conséquence est une remontée des prix, c’est tout à fait normal, surtout après la spectaculaire baisse que nous avons connu. En sciences économiques, cela s’appelle l’élasticité. Beaucoup s’attendaient à ce que les prix baissent indéfiniment sans effet sur les volumes : est-ce seulement réaliste ?

Certains freins doivent également être levés notamment pour l’autoconsommation afin que celle-ci ne soit pas cantonnée à un marché de niche et pour que le tiers-investissement soit rendu économiquement possible. Car l’autoconsommation doit être accessible à tous, comme l’électricité. L’Administration doit également mettre en œuvre des moyens pour améliorer la fluidité des démarches administratives et simplifier l’action des développeurs de projets. Désigner le point à atteindre ne sera pas suffisant si toutes les parties prenantes ne poussent pas dans la même direction. C’est une condition sine qua non pour la pérennité de la filière et pour que ce premier site francophone de PV Magazine soit le premier d’une longue lignée.

 

Xavier DAVAL

Vice-président du SER et Président de SER-SOLER

The views and opinions expressed in this article are the author’s own, and do not necessarily reflect those held by pv magazine.