En Belgique, le gouvernement flamand accorde une prime de rachat de 0,078 €/kWh à un projet flottant de plusieurs mégawatts

Share

La ministre flamande de l’Énergie, Lydia Peeters, a annoncé que le gouvernement flamand allouerait une prime sur 10 ans d’un montant de 0,078 €/kWh à un projet photovoltaïque flottant de 1,2 MW.

Le projet, en cours de développement par Terhills NV, une unité de la société d’investissement limbourgeoise Limburgse Investeringsmaatschappij LRM, recevra la prime en plus du prix du marché de l’électricité.

La ministre Peeters a déclaré que l’agence flamande de l’énergie Vlaams Energieagentschap (VEA) avait fixé un facteur d’ajustement provisoire de 0,8 pour le projet Cable Park de Terhills, situé à Dilsen-Stokkem. « Avec ce facteur provisoire, un deuxième parc solaire flottant doté de technologies innovantes devient possible en Flandre », a déclaré la responsable politique.

L’électricité produite par la centrale flottante de Terhills alimentera le parc aquatique de Cable Park, tout excédent sera injecté dans le réseau, a ajouté la ministre.

Le gouvernement flamand soutient le PV flottant à hauteur de 4,1 millions d’euros. Le projet Cable Park, qui devrait bénéficier d’un soutien de 503 000 euros, est l’un des six projets photovoltaïques flottants pouvant candidater pour couvrir jusqu’à 25 % de leurs coûts.

Paiement ajusté de prime

Le géant français de l’énergie Engie développe un projet solaire flottant de 100 MW à Kristalpark, qui, à l’origine, avait également reçu un facteur d’ajustement de 0,8, lui procurant ainsi le même niveau de prime que Cable Park. Cependant, Engie, qui prévoit d’achever le projet le mois prochain, a récemment révélé que le processus de passation de marché de l’installation avait ramené le facteur à 0,515, représentant une prime de 0,0479 € en plus du prix du marché.

« Le parc solaire Kristal nécessitera jusqu’à 34 % de moins d’assistance par rapport à ce qui avait été calculé initialement », avait déclaré l’ancien ministre flamand de l’Énergie, Bart Tommelein.

Le facteur et la prime de rachat pour chaque projet peuvent être réévalués chaque année par le VEA, en fonction des prix de l’énergie. Le prix définitif est une valeur estimée selon les certificats verts qu’une usine recevra pour la production d’électricité, versée en plus de la valeur du marché de l’énergie. « Il s’agit d’une sorte de prime d’achat qui est révisée et ajustée chaque année en fonction du prix réel de l’énergie de l’année précédente », a déclaré Bram Claeys, président de l’association flamande de l’énergie solaire PV-Vlaanderen, en février. « Si le prix de l’énergie augmente, le soutien diminue et inversement. »