Le photovoltaïque français est parmi les moins chers du monde

Share

Parmi les principales économies mondiales, la France est quatrième – derrière la Chine, l’Italie et l’Inde – en termes de coûts de la technologie photovoltaïque pour les projets à grande échelle. C’est ce qui ressort du rapport Renewable Power Generation Costs in 2018 publié par l’Agence internationale des énergies renouvelables (IRENA), qui décrit par ailleurs la baisse globale des coûts de production pour toutes les centrales à énergie renouvelable installées l’année dernière.

Selon le rapport, le coût par kilowatt installé du solaire en France l’année dernière était de 1 074 $, contre 793 $, 870 $ et 879 $ pour la Chine, l’Italie et l’Inde respectivement.

La cinquième position était occupée par l’Allemagne avec 1 143 $/kW, suivie de l’Indonésie (1 192 $), la Turquie (1 206 $), l’Arabie saoudite (1 267 $), la Corée du Sud (1 326 $) et le Royaume-Uni (1 362 $).

Coûts des énergies renouvelables en chute libre

« Aujourd’hui, dans la plupart des régions du monde, les énergies renouvelables constituent la source de production d’électricité la moins chère », indique la première phrase du rapport. Cette déclaration audacieuse est corroborée par la prévision selon laquelle 83 % de l’électricité générée par la nouvelle capacité photovoltaïque sera moins chère que celle produite par la nouvelle génération de combustibles fossiles. Selon la base de données de l’IRENA sur les PPAs et les appels d’offres, le solaire produira de l’électricité à un prix moyen pondéré mondial de 0,048 $/kWh en 2020. Un tel chiffre signifierait également que l’électricité photovoltaïque serait moins chère que les coûts marginaux de l’électricité générée à partir de 700 GW de centrales au charbon existantes dans le monde entier.

Comme les prix des modules – et des autres composants photovoltaïques – ont poursuivi leur chute l’année dernière, le solaire peut se vanter du meilleur taux d’apprentissage de toutes les énergies renouvelables, atteignant 37 % entre 2010 et l’année prochaine. Le taux d’apprentissage représente le pourcentage de réduction des coûts pour chaque doublement du volume de la capacité de production déployée.

Prix ​​des panneaux

Selon l’IRENA, les prix des panneaux photovoltaïques ont chuté de 26 % à 32 % entre décembre 2017 et la fin de l’année dernière, pour s’établir à environ 216 $/kW en Europe pour les produits les moins chers, à 306 $ pour les modules standards, à 400 $ pour les panneaux à haute efficacité et à 420 $ pour les modules “tout noir” (all black).

Cela a entraîné une baisse notable du coût de développement des centrales solaires dans le monde, l’Inde étant en tête du classement. Une grande variabilité des prix mondiaux est observée puisque les projets solaires coûtent en moyenne 2 101 $/kW au Japon et 1 500 $/kW aux États-Unis et en Australie.

Malgré des fourchettes de prix aussi larges, le coût nivelé de l’électricité solaire (LCOE) a continué de baisser dans la plupart des régions, à l’exception du Royaume-Uni et de l’Allemagne. Le prix final de l’électricité solaire a baissé de 21 % en Inde, pour s’établir à 0,063 $/kWh ; de 20 % en Chine (0,067 $/kWh) ; et de 18 % aux États-Unis (0,082 $/kWh). Alors que le Japon n’a enregistré qu’une baisse de 1 % l’année dernière (0,153 $/ kWh), l’Allemagne a enregistré une hausse de 2 % du LCOE, en raison de l’augmentation des coûts de développement des projets.

Les chiffres record du LCOE enregistrés aux Émirats arabes unis, au Mexique, au Pérou, au Chili et en Arabie Saoudite montrent qu’un prix de seulement 0,03 $/kWh est possible dans les nombreuses régions les plus ensoleillées du monde. L’IRENA a enregistré un prix moyen mondial de l’énergie solaire de 0,085 $/kWh en 2018.

Les appels d’offres font baisser les prix de l’énergie solaire

L’Agence rapporte que l’industrie solaire a pu continuer à baisser ses prix grâce à des appels d’offres plus compétitifs, plusieurs marchés sont passés du déploiement par FITs aux appels d’offres aux enchères inversées qui ont permis de faire baisser les prix de l’énergie solaire.

Le déploiement des systèmes photovoltaïques dans les régions les plus ensoleillées du monde a également permis de réduire les prix, mais le troisième facteur important cité dans le rapport, à savoir un financement abordable, n’est nullement garanti. L’IRENA a souligné le rôle de taux d’intérêt bas dans le monde et a ajouté que la stabilité des monnaies locales ou des projets libellés en dollars constituait un facteur important de la baisse des coûts de l’énergie solaire.

L’essor des énergies renouvelables causant des problèmes sur les réseaux de distribution d’électricité traditionnels, l’IRENA a également averti qu’une approche systémique visant à intégrer la flexibilité dans les réseaux serait nécessaire pour maintenir les progrès en matière d’accessibilité économique de l’énergie propre. L’expérience acquise en Allemagne, en Espagne et dans les pays scandinaves ont démontré qu’il était possible d’améliorer le réseau de manière abordable. Le rapport indique que les coûts d’infrastructure « pourraient être minimes si une approche systémique de la transformation du système énergétique est appliquée, mais pourraient augmenter si les possibilités de flexibilité sont confinées au secteur de l’électricité. »

Réduire les émissions secteur par secteur

L’étude souligne l’efficacité de l’application d’une prix du carbone dans la course au dépassement de l’énergie thermique et note la mise en place d’un plancher du prix du carbone au Royaume-Uni, la production au charbon ayant chuté à 6 % dans le mix énergétique l’an dernier et les énergies renouvelables fournissant 28 % des énergies renouvelables. Selon l’IRENA, grâce à ces mesures, puisque le parc mondial des centrales au charbon pourrait atteindre une capacité de production de 2,1 TW l’année prochaine, jusqu’à 40 % du parc existant pourrait être utilisé en concurrence avec les nouvelles installations d’énergies renouvelables.

L’importance de la croissance des énergies renouvelables se fera sentir au-delà du secteur de l’électricité, a déclaré l’Agence, avec une part de 19 % de la demande mondiale totale en énergie fournie par l’électricité qui devrait atteindre 49 % d’ici 2050. L’électricité pourrait alimenter 70 % du transport de passagers à cette date, et 43 % de tous les transports. Avec l’électrification extensive, pour le chauffage de l’eau par exemple, l’électricité pourrait représenter 68 % de la consommation d’énergie d’ici 2050, le rôle des énergies renouvelables dans la diminution des émissions de carbone dans les secteurs non énergétiques est alors clair.