Le premier contrat de filière « Industries des nouveaux systèmes énergétiques » a été signé

Share

Dans le but de créer des emplois pérennes et d’assurer l’augmentation de la valeur ajoutée française dans les domaines des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, du stockage de l’énergie et des réseaux énergétiques intelligents, le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire et la présidente du comité stratégique de filière Isabelle Kocher ont signé, mercredi 29 mai, le premier Contrat du comité stratégique de la filière « Industries des nouveaux systèmes énergétiques ».

Cette filière représente 150 000 emplois et génère un chiffre d’affaires de 23 milliards d’euros. Pour garantir sa pérennité, le comité stratégique de la filière a réuni 270 personnalités qualifiées lors de 50 rencontres de travail, dont a émané un plan d’action organisé autour de quatre axes : le développement d’une offre d’énergie décarbonée compétitive ; la construction d’une industrie française de l’efficacité énergétique et des smart grids permettant l’auto-financement de la transition énergétique ; l’engagement dans une reconquête industrielle stratégique et, enfin, la fédération de la filière pour mutualiser les objectifs et les dynamiques.

Pour le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy, « le contrat stratégique de filière vise à saisir les opportunités de la transition énergétique pour développer des filières industrielles compétitives et des emplois en France. Cette démarche permettra d’atteindre nos objectifs en termes climatiques, tout en alliant pouvoir d’achat du consommateur d’une part et réindustrialisation du pays d’autre part. »

D’après les termes de ce contrat, il s’agira entre autres de dynamiser le déploiement des technologies matures et de soutenir l’innovation des technologies d’avenir de production et de stockage d’hydrogène décarboné.

De plus, dans le troisième axe nommé « engager une reconquête industrielle », l’accent est mis sur l’énergie photovoltaïque. Ce contrat prévoit d’investir en priorité dans les filières industrielles dont la compétitivité peut être garantie à moyen terme, ainsi il est question de faire émerger sur le marché international une offre industrielle compétitive des batteries, implantée en France, avec l’appui de l’Europe, ainsi que les champions industriels innovants en matière de solaire photovoltaïque.

Le comité stratégique de filière « Industries des nouveaux systèmes énergétiques », impulsé par les industriels et présidé par la directrice générale d’Engie, Isabelle Kocher, a pour objectif, dans une démarche de filière, d’augmenter la valeur ajoutée industrielle des grands groupes, des PME et ETI françaises actifs dans le domaine de la transition énergétique.