Au Portugal, EDP ​​planifie son premier projet photovoltaïque flottant à grande échelle

Share

La Commission portugaise de coordination et de développement de l’Alentejo (CCDR-A) a rendu publique une étude d’impact sur l’environnement pour un projet photovoltaïque flottant de 4 MW qu’EDP Gestão da Produção de Energia, S.A, une filiale de la compagne d’électricité portugaise EDP, a l’intention de développer près du barrage d’Alqueva sur le fleuve Guadiana, à la frontière des districts de Beja et d’Évora, dans le sud du Portugal.

Le projet, nommé Sistema Fotovoltaico Flutuante do Alqueva, comprendra environ 10 000 modules solaires à demi-cellules PERC, produisant chacun une puissance de 385 W, et couvrira 3,9 hectares de surface d’eau sur le réservoir d’Alqueva, dans une zone immédiatement en amont du barrage. Le système photovoltaïque sera divisé en cinq sous-unités, chacune espacée d’environ 13,5 mètres.

L’usine, qui produira environ 6 GWh d’énergie par an, s’appuiera sur la technologie Hydrelio du spécialiste français du photovoltaïque flottant Ciel & Terre. Les onduleurs seront installés sur une plate-forme flottante adjacente qui sera connectée au réseau basse tension via un câble flottant ou un câble sous-marin. Les travaux de nettoyage des panneaux seront effectués manuellement tous les six mois, a indiqué EDP dans son communiqué.

Le début des travaux seraient prévus dans les premiers mois de 2020 et être achevés en trois mois. L’étude d’impact sur l’environnement a été réalisée entre novembre 2018 et janvier 2019 par le cabinet de conseil local Nemus Gestão e Requalificação Ambiental Lda.

 

La première grande installation photovoltaïque flottante du Portugal

Une fois achevé, le projet Sistema Fotovoltaico Flutuante do Alqueva sera la première centrale photovoltaïque flottante de cette envergure dans le pays, mais ce n’est pas le premier projet flottant d’EDP. La centrale a construit son premier système photovoltaïque flottant avec le soutien de Ciel & Terre en novembre 2016. Cette centrale solaire photovoltaïque, nommée Flutuante do Alto Rabagão, consiste en une installation pilote de 200 kW au barrage Alto Rabagão, sur la rivière Rabagão.

Le barrage avait été choisi en raison des conditions climatiques difficiles de la région environnante, ce qui a permis aux entreprises de tester la technologie photovoltaïque flottante dans des conditions extrêmes, a déclaré EDP dans le document publié pour la consultation publique. Les niveaux d’eau au réservoir étaient également idéaux pour évaluer les capacités d’amarrage du réseau flottant, en plus de l’évaluation de la combinaison de l’énergie solaire et de l’hydroélectricité.

Selon Ciel & Terre, l’emplacement avait été choisi en raison de son niveau de difficulté élevé, avec une profondeur d’eau moyenne de 60 mètres et des variations de niveau de surface de plus de 30 mètres. Après la première année d’exploitation, la centrale a généré environ 5 % de plus que son objectif de production annuelle initialement prévu de 300 MWh, selon EDP.

En France, la plus grande centrale flottante est en développement dans les Hautes-Alpes, sur le réservoir hydroélectrique de Lazer. Déployée par EDF, sa capacité devrait atteindre 20 MW. Une autre centrale est en développement à Piolenc, dans le Vaucluse ; nommée O’Mega1 et conçue par Akuo Energy, elle a une capacité de 17 MW et utilise également la technologie de Ciel & Terre.