EnBW finalise l’acquisition de Valeco

Share

Après avoir reçu toutes les autorisations administratives officielles, le fournisseur d’électricité EnBW a pu finaliser, lundi 3 juin, l’achat du développeur et exploitant de projets éoliens et solaires Valeco. Le groupe énergétique se serait imposé face à d’autres candidats de premier ordre. Avec cette reprise, EnBW souhaite développer ses activités dans le domaine des énergies renouvelables en Europe. « L’acquisition de Valeco est un pas supplémentaire important pour atteindre notre objectif de faire des énergies renouvelables un des piliers centraux du groupe. », explique Frank Mastiaux, le directeur d’EnBW. À moyen terme, l’entreprise française devrait devenir l’un des cinq premiers acteurs sur le marché français de l’éolien et du solaire. Selon Franck Mastiaux, EnBW aura ainsi presque atteint son objectif d’installer 1000 mégawatts d’éoliennes terrestres d’ici 2020.

Valeco, qui est basé à Montpellier, emploie actuellement 135 personnes environ. Jusqu’à présent, des parcs éoliens de 276 MW et des centrales photovoltaïques de 56 MW ont été réalisés. Selon la société, des projets d’une capacité d’environ 1700 MW sont dans le pipeline. Valeco appartenait à la famille fondatrice Gay et à la Caisse de dépôts et consignations (CDC).

« EnBW était le candidat le plus approprié pour que Valeco puisse continuer son histoire en tant qu’acteur indépendant et intégré sur le marché français», précise Erick Gay, dirigeant de la Holding Gay. Il ajoute : « La croissance constante de Valeco nécessitait une mise à niveau des processus et des fonds pour soutenir l’impressionnant pipeline développé au cours des dernières années. »

L’acquisition de Valeco augmente le portefeuille d’énergies renouvelables d’EnBW de 31 %, selon la société. Elle apportera également une contribution directe aux résultats. Selon sa stratégie actuelle, le fournisseur d’énergie du sud de l’Allemagne prévoit d’investir environ trois milliards d’euros dans le développement des énergies renouvelables d’ici 2020. Cinq autres milliards d’euros seront également investis dans un second temps en Allemagne et sur certains marchés étrangers d’ici 2025.