Blockchain, la technologie d’un projet d’autoconsommation de six bâtiments dans le sud de la France

Share

Une communauté de propriétaires, de petites entreprises et d’entités publiques du village français de Prémian, en Occitanie, partage l’énergie solaire générée par un système photovoltaïque dans le cadre d’un régime d’autoconsommation administré par la municipalité locale.

Avec ce système, les transactions entre membres de la communauté sont transparentes ; aucune fraude n’est possible grâce à une technologie blockchain.

Ce projet est le premier du genre, affirme Sunchain, la société qui le développe et qui est une spin-off du consultant français indépendant dans le photovoltaïque Tecsol.

Selon les informations fournies à pv magazine par la société, l’installation solaire de 28 kW sur le toit d’un bâtiment de la municipalité fournit de l’électricité à six consommateurs : un bâtiment scolaire, un bureau de poste, un autre bâtiment municipal, un centre culturel, une maison privée et une boulangerie – tous connectés à un transformateur de moyenne à basse tension.

Le modèle économique du projet repose sur un investissement de 52 000 € de la municipalité, qui fournit gratuitement de l’électricité aux six consommateurs. Les participants contribuent aux coûts d’exploitation de la centrale en versant une cotisation à une association ad-hoc qui la transfère à la municipalité. La municipalité vend le surplus d’électricité à Énercoop, un fournisseur local d’énergies renouvelables, à un tarif de 0,04 €/kWh.

Système en quatre étapes

Le partage de l’électricité, via le réseau électrique public, a lieu à intervalle de temps régulier selon les règles établies par les membres de la communauté. Les données sur la consommation et la production sont enregistrées sur une plate-forme blockchain développée par Sunchain, qui les certifie.

La technologie fonctionne en quatre étapes : les données de l’électricité sont collectées à partir de compteurs intelligents par blockchain ; elles sont enregistrées dans la blockchain et l’énergie est répartie équitablement entre les consommateurs ; les résultats de la répartition sont communiqués au gestionnaire de réseau de distribution Enedis par le biais d’une interface sécurisée ; et Enedis facture au consommateur la consommation de réseau traditionnelle moins la part d’énergie solaire qui lui est attribuée.

En mai 2019, la part solaire des consommations des participants s’est élevée à 31 %. « Un excédent a également été relevé, ce qui invite à intégrer de nouveaux participants au projet, tels que les habitants du village intéressés » confie Christophe Courtois, président de Sunchain sur le site de Tecsol.

La société a déclaré que cette solution blockchain sans tokens n’est liée à aucun processus d’extraction ni cryptomonnaie, et est basée sur la plate-forme open-source HyperLedger, développée et maintenue par un consortium international comprenant notamment IBM, Intel et Fujitsu. L’architecture, spécialement conçue pour l’approvisionnement en énergie renouvelable, répond elle-même à une exigence de très faible consommation d’électricité.