« La plus grande centrale citoyenne en autoconsommation » a été inaugurée samedi

Share

« La plus grande centrale citoyenne en autoconsommation » : il s’agit de la centrale de Rezé, installée sur les nouveaux toits du Marché d’Intérêt National (MIN) de Nantes, la deuxième plateforme française de vente de produits frais après Rungis.

Sur les 62 000 m2 de superficie de la toiture du marché, 30 000 m2 de panneaux solaires ont été installés par Armor Green, une filiale du groupe Legendre, dont 3000 m2 sont dédiés à l’autoconsommation. En produisant 500 MWh par an, cette surface de panneaux doit servir à alimenter les réfrigérateurs du marché, qui fonctionnent jour et nuit.

C’est d’ailleurs la consommation en électricité de ces réfrigérateurs qui a déterminé en grande partie le dimensionnement de la centrale en autoconsommation : à aucun moment de la journée, la centrale ne devait pouvoir produire plus de 100 % de leurs besoins énergétiques (sans stockage). Outre la modélisation de cette consommation, il a fallu estimer la capacité à lever des fonds citoyens, la capacité solaire en autoconsommation devant également trouver un financement citoyen. 120 000 euros semblaient atteignables.

Porté par Nantes Métropole et une dizaine de citoyens, le pari a été gagné : 311 personnes ont investi dans la centrale via la société locale CoWatt, spécialisée dans l’organisation de communautés citoyennes pour des projets d’énergie renouvelable et, ensemble, ils ont récolté 140 000 euros. Il était également possible d’investir dans la centrale MIN en achetant des actions auprès du mouvement Énergie Partagée, créé en 2010, qui accompagne le développement et l’émergence de projets d’énergie renouvelable et qui, en tant qu’outil d’investissement, finance en fonds propres des projets (16,4 millions d’euros engagés dans 70 projets environ à ce jour, cumulant 123 MW). Dans le cas de cette centrale, Énergie Partagée a investi 50 000 euros de capital dans la société MINaWatt SAS créée spécialement pour la partie citoyenne de la centrale.

Aujourd’hui, les 500 kW de capacité en autoconsommation appartiennent à Nantes Métropole à 5 %, à Énergie Partagée à 30 % et à CoWatt à 65 %, attribuant aux citoyens investisseurs le contrôle de cette centrale.

Les 90 % restants de la centrale, représentant une capacité de 4,5 MW, injecteront l’électricité sur le réseau. Ils ne seraient pas encore attribués définitivement, mais pourraient être acquis par la société d’économie mixte Vendée Énergie.