La start-up de drones à énergie solaire Sunbirds prend son envol en Australie

Share

Les vastes propriétés agricoles australiennes et la réglementation progressive de l’espace aérien se sont révélées attrayantes pour le fabricant français de drones solaires Sunbirds, ce qui a amené la société à s’implanter dans le pays. La société commercialise une vaste gamme de drones et de capteurs à voilure fixe, utilisables dans de nombreux secteurs, notamment l’industrie forestière, l’élevage et les mines.

Sunbirds affirme que son produit phare est capable de voler 10 fois plus longtemps et plus loin que les autres drones. « Le drone solaire de Sunbirds peut voler pendant sept heures, ce qui en fait l’outil idéal pour la surveillance aérienne de vastes zones ensoleillées, telles que les stations d’élevage dans l’Outback en Australie », déclare Amaury Wiest, directeur de Sunbirds. « Les propriétaires de terres en Australie doivent piloter des aéronefs deux fois par semaine pour vérifier leurs stocks et installer des pompes à eau sur des propriétés aussi grandes que certains pays européens. Nos drones peuvent réduire considérablement les coûts de surveillance, économiser du temps et de l’énergie, et accroître la sécurité et le confort. »

La société utilise des cellules solaires SunPower à haute efficacité et sa technologie brevetée, développée conjointement avec l’organisme de recherche CEA, pour laminer et encapsuler les cellules dans un film plastique mince, qui est ensuite fixé à l’aile en fibre de carbone. « Nous avons choisi de rendre notre aile solaire aussi rentable que possible pour deux raisons : les ailes sont l’une des pièces les plus endommagées sur un drone à voilure fixe, et nous souhaitons que nos clients utilisent les drones au quotidien sans avoir peur de les casser », dit Wiest.

Les drones de Sunbirds sont également équipés de batteries ultra légères 6S LiPo d’une capacité de 2 200 mAh, qui sont souvent complètement chargées après un vol de quatre heures, car elles captent l’énergie solaire pendant le vol. « Le système simple que nous avons choisi n’alourdit pas beaucoup l’aile et le gain de poids lié à l’utilisation d’une petite batterie est en réalité supérieur au poids ajouté par le système solaire », explique Wiest à pv magazine.

Dans certains essais précédents de construction d’un drone à énergie solaire, le succès était principalement limité par la fixation de panneaux solaires sur le véhicule qui ajoutait trop de poids, alors que l’utilisation d’un film mince pour envelopper la carrosserie d’un drone entraîne des coûts très élevés. « L’utilisation d’autres technologies est en effet coûteuse par rapport à notre solution. Nous avons 110 W installés sur l’aile et l’utilisation d’un film photovoltaïque coûterait environ 1000 $/W. Nos coûts sont environ 100 fois moins élevés », déclare Wiest.

Wiest ajoute que la réglementation australienne concernant les vols de drones à longue portée est parmi les plus avancées et les plus flexibles au monde, garantissant ainsi le déploiement rapide des drones de Sunbirds. En outre, la proximité et les liens culturels de l’Australie avec l’Asie ont été une autre raison pour s’implanter dans le pays, Sunbirds souhaitant étendre ses activités à l’Asie du Sud-Est.

 

La start-up toulousaine a mis en place un bureau, un atelier de montage et un centre de maintenance à Brisbane avec l’aide du gouvernement du Queensland via le programme Hot DesQ, dont le but est d’attirer les talents entrepreneuriaux internationaux et inter-États pour stimuler l’écosystème des startups du Queensland.

La société a déjà noué un partenariat avec un détaillant australien de drones, des sociétés de formation locales et des sociétés internationales pour développer ses activités en Australie. Avant de déménager à Brisbane, la société était hébergée par la Chambre de commerce et d’industrie de l’Australie-Méridionale. « La plupart de nos clients, tels que les élevages de bovins, les organisations nationales de gestion des ressources et autres, sont dans le Queensland, il était donc logique de déménager à Brisbane », a déclaré Wiest.

En ce qui concerne les prochaines étapes, la société envisage de recruter des opérateurs locaux dans la région début 2020. « Nous nous concentrons sur la formation des propriétaires de terres et des opérateurs, et nous avons même des projets impliquant des communautés autochtones », a déclaré Wiest. « Avec le changement de réglementation Beyond Visual Line of Sight, de plus en plus de drones Sunbirds voleront bientôt dans l’Outback d’Australie. »

Un espace aérien attractif

En parallèle, la société Praxis Aeronautics, basée à Adélaïde, a adopté une technologie similaire. La société a mis au point un processus permettant d’intégrer des cellules solaires c-Si dans le matériau composite d’un drone, sans alourdir le poids du véhicule aérien et tout en réduisant les coûts.

Praxis Aeronautics collabore avec quatre fabricants de cellules afin de proposer à ses partenaires potentiels différentes options de poids, efficacité et prix. Les coûts initiaux vont de 4 $ le watt pour 25 % d’efficacité à 400 $ le watt pour 32 % d’efficacité. Selon les développeurs, leur approche peut avoir de nombreuses applications commerciales, allant de la cartographie aérienne pour l’industrie minière à la détection des requins en été, ou encore à la livraison rapide de médicaments dans les communautés isolées.

L’espace aérien australien, qui n’est guère restreint, a également attiré la multinationale européenne Airbus, qui a lancé l’année dernière la première base opérationnelle de pseudo-satellites haute altitude Zephyr Solar dans le nord de l’Australie occidentale. Le véhicule aérien alimenté à l’énergie solaire intégrant des batteries lithium-ion est installé à Wyndham dans le but de fournir des services d’observation et de communication à divers clients.

Précédemment sur des véhicules aériens sans pilote à énergie solaire

Les véhicules aériens sans pilote à énergie solaire ont suscité un vif intérêt dans le monde entier, mais ont eu un succès limité. L’un des jalons les plus importants a été franchi en 2016, lorsque Facebook a lancé l’avion Aquila alimenté par l’énergie solaire photovoltaïque, qui utilisait seulement 5 000 watts pour voler pendant 96 minutes et permettre l’accès à Internet dans des régions éloignées à l’aide de lasers. Bien que Facebook ait initialement qualifié le vol de succès, il a été révélé plus tard dans l’année que l’American National Transportation Safety Board avait ouvert une enquête sur une défaillance structurelle du vol d’essai du drone, l’entrainant à s’écraser à l’atterrissage alors qu’il rencontrait des conditions de vent qu’il ne pouvait pas supporter. L’année dernière, le géant des médias sociaux a annoncé l’abandon de son programme de drones Internet autonomes.

En 2017, Alphabet, la société mère de Google, a décidé de mettre fin à son programme de drones fonctionnant à l’énergie solaire, dont le but était de développer des véhicules aériens capables de voler plusieurs jours et de prendre des images de la terre ; elle concentre plutôt ses efforts sur le projet Loon, fournissant les mêmes services, mais à l’aide de ballons à haute altitude propulsés par le vent.

Une réalisation remarquable dans le domaine des avions à énergie solaire a eu lieu en 2016 lorsque l’avion Solar Impulse 2 — plus large qu’un Boeing 747 et doté de plus de 17 000 cellules solaires sur ses ailes –, a achevé son premier tour du monde sans carburant fossile, en 16 étapes et pendant plus de 23 jours.

Au cours de son vol inaugural en août dernier, le Zephyr S d’Airbus a volé 25 jours, 23 heures et 57 minutes, ce qui représente le vol le plus long de son histoire. Le dernier record de durée de vol avait été enregistré par un prototype d’avion Zephyr également il y a quelques années, réalisant un vol continu de plus de 14 jours, soit dix fois plus longtemps que tout autre avion au monde.