Les amoureux des bancs photovoltaïques

Share

Les bancs solaires installés par Engie à Biarritz ont défrayé la chronique la semaine dernière : alors que le médecin et adjoint à l’environnement à la mairie Guillaume Barucq s’enthousiasmait sur Twitter de l’installation de ces bancs dans la ville, il conseillait en même temps de ne pas trop s’asseoir dessus pour qu’ils soient le plus efficace possible. Se sont ensuivis des dizaines de commentaires pour le moins moqueurs et cyniques.

À quoi servent ces bancs si l’on ne doit pas s’asseoir dessus ? Pesant 170 kg et d’une puissance de 160 W, ils disposent d’une batterie de 55 Ah et, par le biais des trois sorties USB, d’un chargeur inductif et d’un émetteur Wifi, ils ont pour fonction de recharger les téléphones mobiles ainsi que de donner accès à Internet.

Dans un Tweet de réponse, Engie justifiait la conception de ces bancs en les replaçant dans le cadre du concept global de l’éco-responsabilité du G7 qui se tiendra dans quelques jours à Biarritz.

 

 

Engie a confirmé à pv magazine que ces bancs avaient déjà été mis en place dans des pays où l’ensoleillement est plus fort, notamment aux Émirats arabes unis. pv magazine attend encore les retours d’expérience…

Cinq bancs solaires à Cannes

La ville de Cannes a elle aussi installé des bancs solaires récemment, dans le cadre de son projet Smart City qui vise à développer les nouvelles technologies pour améliorer la qualité de vie de ses habitants : trois bancs solaires ont été acquis en 2018 et deux nouveaux bancs début août. Conçus par la start-up croate Include, ces acquisitions n’ont clairement pas fait l’objet d’autant de moqueries qu’ont pu l’être les bancs de Biarritz.

Les bancs « intelligents », nommés Steora, permettent également de donner accès au Wi-Fi et de charger les appareils mobiles via des ports USB ou une surface à induction. « Tous les modèles Steora ont le même noyau – modules PV, chargement des appareils, Wi-Fi, lumière ambiante, collecte de données, système de refroidissement et tableau de bord », précise la société Include. Néanmoins, celle-ci met en avant que l’utilisation de l’énergie est possible même si les panneaux sont ombragés : « Le contrôleur avancé à l’intérieur du banc permet le chargement de la batterie même lorsque les modules photovoltaïques ne sont pas exposés à la lumière directe du soleil, pendant que les utilisateurs sont assis. » Sur son site, la mairie de Cannes se réjouit que les Cannois et les congressistes internationaux aient été séduits par le design, le confort et les nombreuses fonctionnalités de ce banc.

Le banc Steora développé par la start-up Include à Cannes

Photo : Include