CVE, du démonstrateur au déploiement à grande échelle en Afrique

Share

Le 30 octobre, la Direction Générale du Trésor dévoilait la liste des projets lauréats de l’appel d’offres « Solutions innovantes pour la ville durable en Afrique ». Parmi eux figurait le démonstrateur de micro-grid solaire développé par CVE.

Cela fait trois ans que CVE se déploie en Afrique. « Il y a cinq ans, lorsque CVE a commencé à lancer son développement international, nous avons conduit une étude de marché suivant des critères tels que l’alignement avec notre stratégie, à savoir la production d’électricité décentralisée en vente directe avec les entreprises, et des critères de stabilité économique, politique et de sécurité… Une vingtaine de pays ont été étudiés, et nous avons été amenés à identifier le Chili, les États-Unis et l’Afrique », explique Pierre Froidefond, le cofondateur et CEO de CVE, à pv magazine.

Les marchés chiliens et américains sont les marchés sur lesquels CVE se développe le plus vite : 50 MW seront installés à la fin de l’année au Chili et 31 MWc entrent en construction aux États-Unis. « Ce sont des marchés sur lesquels la transformation de notre stratégie est plus rapide », déclare Pierre Froidefond, et il ajoute : « sur le continent africain, les cycles de développement sont plus longs, la maturité du marché était moins forte. Cependant, les choses sont vraiment en train de bouger en ce moment. »

Depuis trois ans, CVE dit avoir effectué un gros travail de pionnier, de défrichement, d’éducation du marché. « Il y avait une curiosité concernant ce marché, qui est en train de devenir une traction depuis quelques mois. On sent vraiment que le marché des énergies renouvelables, encore plus du solaire, est en train d’exploser en Afrique », précise encore le dirigeant de CVE.

Le groupe, qui s’organise autour de trois pôles sur le continent — un pôle en Afrique de l’Est (à partir du Sénégal), un pôle en Afrique de l’ouest (à partir du Kenya), et un pôle en Afrique du Sud – noue des partenariats avec des entreprises locales pour accéder rapidement au marché et bien comprendre le fonctionnement politique, économique ou encore local. Le portefeuille de projets sur le continent, à hauteur de 75 MW, se répartit entre ces trois zones : 20 MW de projets sont déployés au Sénégal, une quinzaine de MW en Afrique du Sud et un portefeuille un peu plus important au Kenya, où un projet de grande taille est en phase de sécurisation, et dont aucune information détaillée ne peut être dévoilée actuellement.

Le cœur de la stratégie

Le cœur de la stratégie de CVE repose sur une offre d’électricité verte décentralisée à travers des PPA, des contrats de vente d’électricité sur site (« on site PPA » ou « behind the meter PPA »). L’offre de CVE, nommée RespeeR, a été lancée il y a un an et permet aux entreprises et collectivités d’acheter de l’électricité verte à un tarif stable et compétitif dans la durée.

Dans le cadre du projet retenu lors de l’appel d’offres « Solutions innovantes pour la ville durable en Afrique » organisé par la Direction générale du Trésor, CVE a développé un micro-grid solaire pour l’éco-parc industriel d’Afrique de Diamniadio, près de Dakar. Ce système comprend une centrale solaire de 150 kWc, un système de stockage d’une capacité de 100 kWh, et un système de management de l’énergie intelligent (EMS). « Grâce à la complémentarité de la centrale, de la batterie et du système de gestion intelligente de l’énergie, on a créé un micro-grid permettant d’augmenter le taux de pénétration du solaire dans l’approvisionnement des clients à 50 %. » En général, ce taux avoisine plutôt 20 % parce que le dimensionnement se base sur le talon de la consommation du client, rappelle Pierre de Froidefond.

Pour l’instant, le démonstrateur de petite taille (100 kWc) doit approvisionner sept entreprises implantées sur l’éco-parc industriel, mais le projet peut être répliqué. « Ce nouveau parc d’activités se trouve autour du nouvel aéroport, c’est une zone que le gouvernement du Sénégal veut développer », , annonce CVE. « Dans les 12 à 24 prochains mois, 70 entreprises devraient venir s’installer sur le site, le projet va pouvoir se répliquer dans des proportions de plus grande ampleur pour approvisionner la totalité de cette zone industrielle. »

Et CVE mise sur un déploiement encore plus important : le groupe a signé un partenariat avec l’APROSI, l’agence d’aménagement et de promotion des sites industriels du Sénégal, ce qui permet d’une part de développer ce projet dans cette ville nouvelle, et d’autre part de le déployer dans de futures zones industrielles en développement.

En réalité, ce microgrid basé sur le système de stockage et EMS va pouvoir être répliqué partout dans le monde : « Le système va venir en support de notre offre RespeeR. Cela va permettre de rendre cette offre plus compétitive et d’augmenter le taux de pénétration du solaire dans la consommation énergétique du client grâce au stockage et à l’EMS, donc c´est extrêmement vertueux », déclare Pierre de Froidefond.

Pour CVE, il s’agit du premier projet solaire avec stockage en Afrique, mais le groupe dispose d’une équipe d’innovation R&D qui travaille sur les problématiques du stockage depuis près de trois ans, notamment à travers un partenariat avec le CEA. Dans ce cadre-là, une batterie de stockage de près de 100 kW a été installée sur la centrale solaire Mégasol sur le site du CEA à Cadarache. Ce projet a fait l’objet d’un appel d’offres et a été construit il y a un peu plus d’un an. « On se sert de cette unité de stockage pour faire des expérimentations et surtout pour développer un algorithme d’optimisation de gestion du stockage. L’expertise va nous servir pour le démonstrateur en Afrique », précise Pierre de Froidefond.

« L’innovation du système de l’éco-parc de Diamniadio est que c’est la première fois qu’on déploie une solution de stockage et d’EMS pour servir les besoins en électricité d’un groupe industriel. Ce qui était fait sur le site du CEA était plus expérimental », ajoute-t-il.

Aux États-Unis, à Acushnet, dans le Massachussetts, CVE développe un autre projet de stockage. Relié à une centrale solaire de 3500 kWc(DC )/2500 kWAC, le système de stockage a une puissance de 1250 kW pour 2630kWh d’énergie.