Le Niger ratifie son adhésion à l’Alliance Solaire Internationale

Share

Le Conseil des ministres du Niger a autorisé le projet de loi autorisant la ratification de l’accord cadre portant création de l’Alliance Solaire Internationale (ASI), adopté le 15 novembre 2016 à Marrakech.

 

« L’Accord cadre objet du présent projet de loi a pour objectif d’apporter une réponse collective aux principaux obstacles communs à un déploiement d’énergie solaire à l’échelle de leurs besoins en matière de développement de l’énergie solaire en fonction des besoins des Etats membres », indique le gouvernement.

L’objectif de l’accord, selon l’annonce du gouvernement, est d’harmoniser et d’agréger la demande en matière de financement de l’énergie solaire, de technologies solaires, d’innovation, de recherche et développement et de renforcement des capacités.

Le Niger a ouvert son premier parc solaire en novembre 2018. L’installation, d’une puissance de 7 MW, est située près de Malbaza, un village rural du centre du Niger, et résulte d’un projet développé dans le cadre du «Renaissance Program Act II», qui a reçu le soutien du gouvernement indien.

Selon le gouvernement, cette centrale photovoltaïque de 24,7 millions de dollars couvre les besoins en électricité d’environ 30 000 ménages dans les départements de Madaoua, Malbaza et Konni.

Le projet s’inscrit dans le cadre d’un plan visant à déployer 100 MW d’énergie solaire d’ici 2021, qui comprend un projet récemment rationalisé de 20 MW, ainsi que quatre autres centrales à Dosso (10 MW), Maradi (20 MW), Niamey-Gorou Banda (30 MW) et Malbaza (13 MW).

De plus, le pays possède également une centrale hybride solaire-diesel de 22 MW en cours de développement, qui a été attribuée par l’Agence française de développement en février.

Le Niger a actuellement l’un des taux d’accès à l’électricité les plus bas d’Afrique. Sur une population d’environ 20 millions d’habitants, environ 15% seulement ont accès à l’électricité. Toujours tributaire essentiellement des importations d’électricité en provenance du Nigéria, le pays ne dispose que d’une capacité de production installée de 140 MW. Cela signifie qu’une fois que les projets solaires seront finalisés, ils représenteront près de la moitié de ses actifs de production d’énergie.