Un cadastre solaire pour tous à Toulouse

Share

En rentrant sur le site internet (https://toulouse-metropole.insunwetrust.solar) l’adresse de son habitation (immeuble pour les syndics de copropriété, mais aussi maison), le simulateur prend en compte des données telles que le niveau d’ensoleillement, l’orientation de l’habitat, le type de panneaux la température moyenne… Ces données permettent ensuite au citoyen de simuler le nombre de kWh qui peuvent être produits chaque année ainsi que la quantité de dioxyde de carbone économisée.

Le cadastre solaire fait partie des actions réalisées dans le cadre du Plan Climat Air Energie Territorial de Toulouse Métropole, participant à la réduction des émissions de gaz à effet de serres, à la transition énergétique ainsi qu’à la production d’énergie renouvelable.

Les économies réalisées sont calculées en tenant compte d’une estimation des coûts d’installation. Des simulations financières permettent aussi de faire un bilan économique qui intègre le coût d’un crédit.

Le site met en outre en relation les utilisateurs avec l’un des conseillers des espaces infos-énergies portés par Toulouse métropole et permet d’avoir directement accès à un répertoire de professionnels labellisés RGE (en consultant l’annuaire mis en place par l’Ademe), c’est à dire reconnus garants de l’environnement.

Toulouse a d’ores et déjà fait des investissements importants en matière de photovoltaïque sur l’espace public. Environ 25 MW de projets sont déjà programmés (des ombrières photovoltaïques sur le Parc des expositions, station d’épuration de Castelginest, une centrale de 15 MW sur la grande prairie de l’Oncopôle…). Sur des sites tels que le parking du zénith, le Casino, ou la Cité de l’Espace, des études de faisabilité doivent être faites.

Le PCAET de Toulouse Métropole a pour objectif d’augmenter de 16% la part des énergies renouvelables dans les consommations en 2030 et de 51 % en 2050, par le développement du photovoltaïque, la production de chaleur renouvelable et le développement du biogaz.

Dans le cadre de son PCAET, la métropole de Toulouse développe une stratégie dont l’objectif, à l’horizon 2030, est de réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2008 ; de diminuer de 20 % la consommation énergétique finale et de doubler la part locale des énergies renouvelables et de récupération dans la consommation d’énergie du territoire.

Ce plan PCAET, élaboré en 2018 pour une durée de 6 ans, sera évalué dès fin 2020.