Une capacité solaire de 142 GW sera installée dans le monde en 2020

Share

Les prévisions de l’agence d’analyse économique IHS Markit concernant le marché de l’énergie solaire pour cette année ont certes été accompagnées d’un communiqué de presse accentuant les points positifs, il s’agit là essentiellement d’une question de verre à moitié plein ou à moitié vide.

Le rapport 2020 Global Photovoltaic Demand Forecast publié hier indique qu’une augmentation de 14 % du volume des nouvelles capacités de production solaires est attendue cette année par rapport à l’année dernière, IHS prévoyant que 142 GW de projets solaires seront déployés en 2020.

Toutefois, si l’on compare ces prévisions aux chiffres enregistrés il y a dix ans, un coup d’œil aux prévisions individuelles des marchés indique une incertitude persistante sur le plus grand marché solaire du monde, un ralentissement spectaculaire après une année 2019 impressionnante en Europe et une reprise de l’activité en Inde qui laissera néanmoins à cette nation une montagne à gravir pour atteindre les objectifs qu’elle s’était fixés pour 2022.

Des inquiétudes pour la Chine

Bien que les installations solaires en dehors de la Chine l’année dernière devraient avoir augmenté de 53 %, IHS Markit ne parle que d’une « croissance à deux chiffres » pour 2020. Parallèlement, la synthèse publiée prévoit que l’incertitude qui pèse sur le plus grand marché solaire du monde va probablement se poursuivre jusqu’à ce que les détails du prochain plan quinquennal soient rendus publics l’année prochaine.

Notant que l’Europe a presque doublé la quantité de nouvelles capacités solaires installées l’année dernière par rapport à 2018, IHS Markit ne prévoit pour 2020 qu’une augmentation de 5 % par rapport à 2019, le déploiement des nouvelles capacités dans cette région n’étant estimé qu’à près de 24 GW. L’Espagne, l’Allemagne, les Pays-Bas, la France, l’Italie et l’Ukraine représenteront environ 63 % de ce chiffre.

Après une année 2019 « de stagnation », comme le qualifie le cabinet d’études, également en raison de l’incertitude politique et de l’impact des règles protectionnistes sur les importations solaires, IHS Markit prévoit que le marché indien connaitra une augmentation des nouvelles capacités de plus de 14 GW cette année. Un tel retour sera possible grâce à des modules moins chers et à de nombreux projets dans le pipeline et permettrait à l’Inde de dépasser les 46 GW de capacité solaire — tout en restant bien en deçà de son objectif de 100 GW pour 2022.

La Grosse Pomme

Les États-Unis resteront le deuxième plus grand marché solaire du monde cette année, selon IHS, la Floride, la Caroline du Nord et New York se joignant à la liste des principaux moteurs derrière la Californie, leader solaire pérenne, et le Texas, son récent concurrent.

Bien que les dix premiers marchés solaires contribueront à hauteur de 73 % à la nouvelle capacité solaire mondiale cette année, selon IHS, de nouveaux marchés émergeront en Asie du Sud-Est, en Amérique latine et au Moyen-Orient et dans « plus de 43 » nations – 44, peut-être ? – et offriront plus d’un gigawatt de capacité solaire installée en 12 mois.

Ces tendances feront prendre une direction différente au marché solaire mondial au cours de la nouvelle décennie, estime Edurne Zoco, le directeur des technologies propres et des énergies renouvelables chez IHS. Dans le communiqué de presse, il déclare : « Si les années 2010 ont été la décennie de l’innovation technologique, des importantes réductions de coûts, des fortes subventions et de la domination de quelques marchés, 2020 marquera la décennie de l’émergence de l’énergie solaire non subventionnée, de la diversification et de l’expansion des demandes d’installations solaires à travers le monde, de nouveaux acteurs sur le marché et d’une compétitivité accrue par rapport aux énergies conventionnelles. »