Un système photovoltaïque permettant de désinfecter les mains remporte un hackathon spécial Covid-19

Share

Les modules solaires sont un des éléments de base dans la lutte contre le changement climatique. Il s’avère que le photovoltaïque recèle un potentiel supplémentaire à l’échelle mondiale : il peut être utilisé dans la lutte contre la propagation du Covid-19, déclare la start-up qui a récemment remporté un hackathon dédié au Covid-19.

L’événement a vu 12 000 personnes de 100 pays développer rapidement des idées couvrant 12 grands sujets, dont le Covid-19. Des événements similaires ont été soutenus par des gouvernements, des instituts de recherche et des entreprises privées au cours des dernières semaines. Le hackathon a été soutenu par l’Agence spatiale européenne (ESA) et par la plateforme estonienne Garage48.

Le gagnant, SunCrafter, a développé une réponse à l’épidémie de Covid-19 en transformant des modules photovoltaïques en fin de vie en appareil de désinfection pour les mains. Ces modules génèrent encore suffisamment d’électricité pour alimenter des lampes ultraviolettes produisant de la lumière aux longueurs d’onde qui tuent les germes, dont le coronavirus. Les inventeurs affirment que la lumière reste sans danger pour la peau et les yeux. Les modules sont issus de centrales commerciales qui ont atteint leur fin de vie.

SunCrafter est une société déjà très expérimentée dans la réutilisation de modules en fin de vie. Basée sur le campus d’innovation de Siemens à Berlin, la start-up collecte les modules des centrales commerciales en fin de vie et les recycle pour alimenter des communautés isolées.

En remportant le hackathon soutenu par l’ESA, l’équipe berlinoise a reçu 20 000 euros pour développer cette idée. Lisa Wendzich, fondatrice et directrice générale, a déclaré que la société travaillait désormais avec des partenaires à produire un nombre important de ces unités dans les semaines et les mois à venir.

« Cette technologie pourrait être utilisée dans les hôpitaux de campagne, les camps de réfugiés et les bidonvilles urbains dans les pays où l’accès à l’énergie n’est pas évident, ainsi que dans les espaces publics dans l’hémisphère nord », a-t-elle déclaré.

Joana Kamenova, analyste de l’ESA, a été l’une des 180 mentors volontaires pendant le hackathon et a aidé à évaluer certaines des propositions.

« Il y avait des idées très avancées sur la manière de faire face à la crise actuelle. Comment soutenir les petites entreprises qui sortent de la crise actuelle ? Comment tirer les leçons de cette crise et lutter contre le changement climatique ? Il est très intéressant de voir comment les solutions émergentes peuvent être déployées à grande échelle en utilisant les données spatiales et la technologie. Certaines des idées sont vraiment invraisemblables », a-t-elle déclaré.