130 670 MWc en PV dans l’Union européenne à fin 2019 (EurObserv’ER)

Share

Au niveau mondial, EurObserv’ER estime à un peu plus de 110 GWc les ajouts de solaire photovoltaïque en 2019, soit à peine plus que l’année précédente (104 GW), ce qui devrait cependant porter la capacité installée mondiale à plus de 600 GWc. Des chiffres en plein accord avec ceux publiés cette semaine également par l’Agence internationale de l’énergie (AIE), dans un rapport prospectif sur l’impact de la crise du COvid-19 sur les énergies renouvelables en 2020 et 2021.

EurObserv’ER précise que la montée en puissance quelque peu décevante du PV dans le monde est due largement au recul des capacités installées en Chine, même si ces chiffres ont été contrebalancés par le dynamisme des marchés européen et américain. Ainsi, si la Chine a passé le seuil des 200 GWc en PV, l’augmentation de sa capacité a été « seulement » de 30,1 GWc en 2019, contre 44,4 GWc en 2018 et 52,8 GWc en 2017.

En revanche, les Etats-Unis ont enregistré 13,3 GWc de nouvelles capacités PV en 2019, soit 23% de plus par rapport à 2018. La puissance installée totale du pays atteint désormais les 76 GWc, un chiffre que EurObserv’ER compare au gigawatt installé outre-Atlantique en 2009. En Europe, le boom est notable en 2019, avec 15,6 GWc ajoutés (8,5 GWc en 2018), portant la capacité des 28 en PV à 130,7 GWc.

La production de l’Union européenne (UE 28), basée sur les premières estimations officielles, devrait ainsi atteindre 131,8 TWh en 2019 (122,9 TWh en 2018), soit une croissance de 7,2 % par rapport à 2018. Une progression qui est légèrement inférieure à celle enregistrée l’année précédente (+8,3 % entre 2017 et 2018), la production 2017 ayant été mesurée à 113,5 TWh, signale le baromètre 2020.

En retirant le Royaume-Uni, ces chiffres pour l’Union européenne à 27 passent à +15,1 GWc en 2019, pour une puissance installée totale de 117,1 GWc. La production solaire passe à 119,1 TWh, en croissance annuelle de 8,2 % par rapport à 2018 (110,1 TWh en 2018). Le solaire photovoltaïque a ainsi représenté en 2019 un peu plus de 4% de la production brute d’électricité de l’Union à 28 (comparé à 3,8% en 2018 et 3,4% en 2017).

EurObserv’ER signale un retour marqué de l’Espagne dans le concert européen, le pays étant celui de l’UE à 28 où le plus de capacités ont été installées l’an dernier (devant l’Allemagne), avec près de 4 GWc de plus, portant la puissance totale du parc à 9,2 GWc. L’Allemagne demeure cependant largement en tête, avec 49 GWc installés, devant l’Italie (20,9 GWc) et le Royaume-Uni (13,6 GWc). La France arrive quatrième avec 10,5 GWc cumulés à fin 2019, indique EurObserv’ER.

Impact du COvid-19

« L’année 2020 aurait dû être une rampe de lancement pour la filière solaire photovoltaïque européenne et ouvrir le champ à une nouvelle décennie de croissance, profitant encore et toujours de baisses de coût de production, d’une image positive auprès du grand public, d’un soutien politique et d’un cadre législatif favorable, » indique le baromètre. Mais la crise sanitaire est passée par là et d’ores et déjà 2020 (qui est en Europe l’année butoir pour réaliser les objectifs du paquet 20-20-20) devrait enregistrer un retrait marqué, avant un rebond attendu pour 2021 et 2022.

EurObserv’ER note : « Le Covid-19 a bouleversé les plans et la filière solaire européenne est confrontée depuis le mois de mars à des défis majeurs, susceptibles de fragiliser certains acteurs et potentiellement de faire dérailler durablement la croissance des énergies renouvelables. Parmi les défis que la filière européenne doit relever, on peut citer les perturbations logistiques dans la chaîne d’approvisionnement qui retardent les projets, l’impossibilité de respecter les délais pour bénéficier des incitations prévues, les incertitudes concernant la future demande d’électricité, les futurs débouchés et le niveau des prix de l’électricité de marché si la crise économique s’installe dans la durée. »