La start-up de la semaine : Urban Solar Energy

Share

« Nous sommes les inventeurs du stockage virtuel en France. Nous sommes également fournisseurs d’électricité « vraiment verte » et intégrateur de solutions photovoltaïques pour les professionnels et les particuliers. Nous intervenons dans tous les domaines de l’autoconsommation individuelle ou collective. Nous développons en complément une offre « PayPerUsE » pour des centrales photovoltaïques tiers financées pour les professionnels.

En quoi cette solution est-elle innovante ? 

Afin de garantir une autoconsommation à « 100 % » pour nos clients bénéficiant d’une centrale photovoltaïque, nous avons créé et développé le stockage virtuel : « LA batterie idéale ».

Le stockage physique en est encore à ses balbutiements : trop coûteux, limité et surtout pas écologique. Nous pensons qu’il est possible d’apporter une meilleure rentabilité aux installations photovoltaïques si on utilise mieux les surplus produits. Lors d’une période de forte production, nous pouvons utiliser ceux-ci pour alimenter d’autres consommateurs situés à proximité et permettre aux auto-producteurs de les réutiliser pendant les périodes de nuit ou de faible ensoleillement.

À mi-chemin entre l’autoconsommation avec stockage et l’autoconsommation collective, cette innovation simplifie la gestion des surplus tout en apportant un gain économique immédiat sans lourds investissements.

Quelle(s) technologie(s) utilisez-vous ?

Nous nous appuyons sur les technologies de micro-onduleurs ou d’onduleurs avec optimiseurs pour la production, et nous interfaçons à travers des API avec différents constructeurs et éditeurs ainsi qu’avec les gestionnaires de réseaux pour apporter à notre client l’ensemble des informations lui permettant d’utiliser au mieux son installation.

Nous concevons et développons nos propres outils, car notre concept est totalement disruptif des procédés traditionnels.

Quand et comment est née votre start-up ? 

Ce projet est le fruit de plusieurs années de recherches, documentations et rencontres diverses dans le secteur de l’énergie. Son origine se trouve dans notre sensibilité à l’écologie et à la transition énergétique et d’une quête de sens professionnel que nous ne satisfaisions pas dans notre précédente entreprise.

Conscients de l’urgence à agir et de la nécessité d’apporter des solutions à un secteur de l’énergie plutôt conservateur, nous nous sommes lancés dans cette aventure pour un monde plus propre, plus éthique et plus durable.

Quel est votre modèle économique ? 

Nous avons un modèle économique de fournisseur d’électricité. Par ailleurs, le stockage virtuel est fourni sous forme d’abonnement : 1 € HT par kilowatt crête (kWc) sont facturés par mois. Par exemple, pour une centrale de 6 kWc, le coût mensuel est de 6 € HT par mois.

Nous envisageons une levée de fonds dans le courant de l’année 2021 pour continuer et accroitre notre développement.

Quels sont, selon vous, les facteurs les plus importants pour la réussite de votre entreprise ?

Le pragmatisme et l’innovation.

Attendez-vous de nouvelles mesures politiques ? 

Selon nous, il faut arrêter de subventionner le photovoltaïque, que ce soit par des tarifs d’achats ou des primes, ou tout autre crédit d’impôts qui ne profitent qu’aux escrocs de ce secteur ou à des financiers, qui se fichent réellement de la transition énergétique.

Quelles ont été les difficultés majeures au cours de la création de votre société ? 

Nous avons été confronté à un monde ancien, peu ouvert aux nouvelles idées et au digital, avec des méthodes et des pratiques parfois discutables voire même douteuses… Nous avons dû tout apprendre du marché de l’électricité et du photovoltaïque, et nous avons consacré deux ans de recherches et de développement avant de pouvoir distribuer nos offres.

Quelles sont vos convictions concernant le développement de votre secteur ?

Le solaire est l’avenir de l’énergie, mais pas uniquement ; c’est ce domaine qui a le plus de potentiel de développement dans les prochaines années en France.

Quels sont vos objectifs pour les prochaines années ?

Nous avons multiplié par 10 notre chiffre d’affaires de 2018 à 2019 et prévoyons de le tripler cette année. »