Harmon’Yeu, première communauté énergétique à l’Île d’Yeu, signée Engie

Share

Né grâce à la volonté de ses habitants et des autorités locales de s’inscrire dans la transition énergétique, ce projet constitue une première en France dans le fait qu’il intègre plusieurs maisons individuelles productrices d’énergie et une batterie de stockage commune, à l’échelle d’un quartier, explique Engie dans un communiqué hier jeudi.

D’une durée de deux ans, ce projet pilote réunit, sur la base du volontariat, 23 maisons individuelles situées dans le quartier de Ker Pissot et alentours, sur l’Île d’Yeu, en Vendée. Ces maisons se partagent de l’électricité 100% solaire et locale provenant de panneaux photovoltaïques installés sur les toits de cinq d’entre elles.

La puissance solaire totale est de 23,7 kWc, soit 64 panneaux solaires. Une batterie de 15 kWh est installée chez l’un des consommateurs afin de stocker l’énergie non consommée instantanément. Les ballons d’eau chaude de six participants permettent également de stocker le surplus d’électricité produite pour une utilisation ultérieure.

L’originalité du projet réside dans la répartition de l’énergie qui se fait de manière dynamique, quasiment en temps réel (toutes les 5 minutes), en fonction des consommations de chacun, grâce à un logiciel de pilotage intelligent développé par Engie. Celui-ci permet d’optimiser l’équilibre entre la production solaire et les consommations énergétiques des foyers de la communauté et donc l’autoconsommation, en choisissant d’activer ou désactiver le chargement de la batterie et des ballons d’eau chaude aux moments les plus opportuns.

Les membres de la communauté sont réunis au sein d’une Personne Morale Organisatrice (PMO). Celle-ci rassemble les producteurs et les consommateurs, conclut avec le gestionnaire de réseau (par exemple Enedis) une convention d’autoconsommation collective, et lui transmet la répartition de la production autoconsommée entre chaque participant concerné.

Les participants sont raccordés au réseau basse tension d’un unique gestionnaire du réseau public de distribution d’électricité et la distance séparant les membres de la communauté n’excède pas deux kilomètres (selon la réglementation actuelle en vigueur).

Harmon’Yeu fait partie de la trentaine d’opérations d’autoconsommation collective actuellement en service en France. Toutefois, cette expérimentation est une première car elle intègre plusieurs maisons individuelles productrices et une batterie de stockage commune, à l’échelle d’un quartier, rappelle Engie.

Les participants peuvent suivre quasiment en temps réel leur activité énergétique grâce à une interface dédiée. Ils peuvent visualiser la production, la consommation, la part d’énergie solaire consommée (taux d’autoconsommation et d’autoproduction), les prévisions météos, et cela par heure, journée, semaine, mois, et bientôt année. Et tout cela, à l’échelle de leur propre foyer et de la communauté. De nouvelles fonctionnalités viendront enrichir l’interface au cours de l’expérimentation.

Porté par Engie, le projet regroupe les habitants participants et quatre acteurs locaux : la Mairie de l’Île d’Yeu, l’association Elise (qui accompagne les collectivités locales et les particuliers dans leur projet de construction, rénovation ou mise en place d’énergies renouvelables), le SyDEV (Syndicat Départemental d’Énergie et d’équipement de la Vendée) et Vendée Habitat (Office Public de l’Habitat de Vendée et premier bailleur social de Vendée). Ce projet est homologué SMILE (SMart Ideas to Link Energies : Idées neuves pour connecter les énergies), initié par les régions Bretagne et Pays de la Loire afin de promouvoir les solutions numériques développées pour accompagner la transition énergétique.