Le plus grand parc photovoltaïque flottant du Japon reconstruit après l’impact d’un typhon

Share

Le spécialiste français du photovoltaïque flottant Ciel&Terre – connu pour ses plates-formes flottantes Hydrelio – et le fabricant japonais d’électronique Kyocera ont annoncé que la centrale photovoltaïque flottante Yamakura de 13,7 MW au Japon a été entièrement reconstruite, 16 mois après que le typhon Faxai ait détruit une grande partie de l’installation.

« L’incident de Yamakura s’est produit en septembre 2019, lorsque l’un des cinq typhons les plus forts en 60 ans (nommé Faxai) s’est abattu sur la région de Chiba, avec des vents enregistrés atteignant 207 km/h », a indiqué Ciet&Terre dans un communiqué. éEn raison de la force inhabituelle du typhon, une partie de l’installation photovoltaïque flottante a été touchée et a dû être reconstruiteé.

« Une île flottante de forme complexe a été transformée en îles plus petites de forme carrée, pour éviter la concentration du stress », a déclaré un porte-parole de la société à pv magazine. « La conception avec des formes carrées a augmenté les facteurs de sécurité. »

La centrale de Yamakura avant le séisme

Ciel et Terre

L’entreprise a également rappelé que le ministère japonais de l’économie, du commerce et de l’industrie (Meti) a ouvert une enquête après l’incident et a déclaré que ses experts et ceux de Kyocera TCL Solar ont coopéré avec le ministère de manière « très professionnelle, pour ne rien laisser au hasard et s’assurer que les causes sous-jacentes de l’incident étaient parfaitement comprises ».

Les dernières causes fondamentales identifiées par l’enquête du Meti, qui s’est achevée en avril 2020, étaient la taille et la forme de l’île, la charge de concentration des contraintes et les facteurs de sécurité utilisés pendant la construction. « La structure Hydrelio conçue par Ciel & Terre n’est pas en cause », a précisé la société française. « Des enquêtes ont été menées par le client sur différentes parties de la structure Hydrelio pour confirmer qu’il n’y a pas eu de dommages dus à la dégradation au fil du temps ».

Dans son rapport, le Meti avait conclu que la cause principale de l’accident était la rupture de l’ancrage. L’île flottante était maintenue en place par 420 ancres, qui étaient reliées à un total de 823 lignes d’amarrage. Pendant la tempête, sept ancres se sont détachées à l’extrémité centrale, au sud. Après la rupture des ancres, les boulons en résine ont commencé à lâcher parce que la puissance du vent se répartissait de manière plus inégale. Après l’effondrement de chaque boulon, les charges sur les boulons adjacents ont augmenté, provoquant une réaction en chaîne. De cette façon, le parc s’est disloqué en trois parties. La forme de l’installation a également joué un rôle, selon le ministère.

Malgré le fait que la reconstruction soit terminée, la centrale photovoltaïque flottante de Yamakura n’a pas encore repris son exploitation commerciale. « Nous ferons le point en juin », a déclaré le porte-parole de Ciel&Terre, sans donner plus de détails.

 

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...