Maxeon obtient des fonds européens pour fabriquer ses panneaux solaires « autocollants » en France

Share

Le fabricant de panneaux solaires Maxeon Solar Technologies, contrôlé par les actionnaires de SunPower, a été désigné comme l’un des 32 bénéficiaires qui se partageront 118,6 millions d’euros de subventions européennes pour développer des technologies à faible émission de carbone.

L’actionnaire majoritaire californien SunPower étant lui-même contrôlé par le géant français de l’énergie TotalEnergies, l’argent européen servira à financer l’utilisation par Maxeon d’une usine existante à Porcelette, dans le nord-est de la France, pour produire ses panneaux solaires Maxeon Air sans cadre, sans verre et « adhésifs ».

Comme le rapportait notre site pv magazine USA en mai, les panneaux Max Air sont destinés à être utilisés principalement sur des toits incapables d’accueillir des modules conventionnels. Avec un poids annoncé de 6 kg/m2 et une efficacité de conversion de 20,9 %, Maxeon a estimé une demande non satisfaite de plus de 4 GW pour ce produit en Europe où le fabricant a déclaré qu’il serait disponible à partir du premier trimestre de l’année prochaine.

La description du projet publiée hier par la Commission européenne indique que Maxeon espère installer 1,4 GWp de ses modules Air au cours de la prochaine décennie.

Le montant exact de la subvention accordée à Maxeon devrait être fixé au cours du dernier trimestre de cette année, lorsque le Fonds pour l’innovation récemment créé par l’UE effectuera ses premiers paiements. L’argent proviendra des recettes générées par le système d’échange de quotas d’émission de l’UE qui vend des certificats générés par les exploitants d’énergies renouvelables aux entreprises qui dépassent leurs émissions de carbone maximales autorisées.

Le Fonds pour l’innovation devrait disposer d’environ 20 milliards d’euros à débourser d’ici à 2030, et 623 millions d’euros supplémentaires sont déjà disponibles sous forme d’argent non dépensé par son prédécesseur, le NER300 qui avait alloué ces fonds, mais les projets associés n’avaient pas abouti.

Parmi les autres projets à faible émissions de carbone qui bénéficieront du Fonds pour l’innovation, on compte la candidature des entreprises énergétiques espagnoles Repsol et Enagas qui souhaitent développer une technologie permettant d’utiliser directement des cellules photoélectrochimiques afin d’électrolyser l’hydrogène à partir de l’eau sans apport d’énergie externe.

L’argent de l’UE soutiendra également la mise en commun des contrats d’achat d’électricité associés à 12 systèmes d’irrigation alimentés par l’énergie solaire, agrivoltaïques et hors réseau en Espagne, pour obtenir une capacité de production collective de 7,35 MW, suffisamment importante pour bénéficier du soutien financier des obligations vertes. Ce projet est supervisé par l’entreprise espagnole Acciona spécialisée dans les infrastructures et les énergies renouvelables.

Le port espagnol de Motril recevra un financement pour l’aider à devenir une communauté d’énergie renouvelable hors réseau exploitant 4 MW de capacité solaire et 1,55 MWh de stockage d’énergie dans le cadre d’un projet auquel participe Siemens. L’institut allemand Fraunhofer ISE, la société d’énergie italienne Enel et l’organisme représentant les aéroports de Rome travaillent sur un projet visant à utiliser des batteries de véhicules électriques de seconde vie pour stocker l’énergie produite par une centrale solaire de 30 MW dans l’un des aéroports de la ville.

Le solaire en toiture

Le sidérurgiste ArcelorMittal, immatriculé au Luxembourg, recevra également une partie de la subvention pour l’aider à développer la production à plein régime en France de son produit photovoltaïque intégré au bâtiment qui associe la production d’énergie photovoltaïque à une toiture en acier.

Parmi les autres projets approuvés par le fonds, un projet autrichien vise à regrouper 2 781 appareils électroniques domestiques et professionnels dans une centrale électrique virtuelle de 6 MW pour fournir des services de réseau, un électrolyseur à haut rendement énergétique en Pologne pour produire de l’hydrogène vert à partir de l’énergie photovoltaïque sur site, et de vastes installations de conversion de véhicules en réseau en Italie et en France. Le développeur suédois de batteries Northvolt recevra également des fonds pour l’aider à fabriquer des batteries lithium-ion qui, selon lui, offrent une densité énergétique supérieure de 50 % à celle des produits conventionnels tout en étant 50 % plus légères. La production sera appuyée en Suède et en Pologne.

Dans le cadre des prix remis par le Fonds pour l’innovation, la Banque européenne d’investissement, bailleur de fonds de l’UE, offrira également une assistance technique d’une valeur de 4,4 millions d’euros à 15 entreprises dont les projets en sont à un stade moins avancé, notamment un système espagnol de stockage de l’électricité solaire par pompage de la chaleur. Le projet d’hydrogène vert de Repsol et Enagas figure également parmi les 15 projets qui bénéficieront d’une assistance technique dont la nature sera également déterminée au cours du dernier trimestre de l’année.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...