La part des EnR dans la consommation finale brute d’énergie atteint 19,3 %

Share

Selon les données provisoires fournies par le tableau de bord du Ministère de la transition écologique, en 2021, la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie en France s’est élevée à 19,3 %. Il s’agit d’une augmentation de 9,3 % en valeur absolue par rapport à 2020.

Toujours selon la note du tableau de bord, cette part a donc crû de 10 points à un rythme relativement constant (hors crise sanitaire) depuis 2005. Une hausse qui résulte, d’une part, de l’augmentation soutenue de la consommation finale brute d’énergies renouvelables (de 4 % par an, pour une progression totale de 89 %), conséquence des investissements réalisés pour en favoriser le développement, et, d’autre part, d’une diminution globale de la consommation finale brute d’énergie (à un rythme d’environ 0,5 % par an).

Consommation finale brute d’énergies renouvelables : évolutions par filière (en TWh).

Image : MTE

Sur deux ans, la part des énergies renouvelables s’est accrue de 2 points à méthodologie constante. Après une hausse exceptionnelle de 1,9 point en 2020 dans le contexte de la crise sanitaire, elle croît de 0,1 point en 2021 à méthodologie constante. La reprise économique en 2021 a stimulé la demande des secteurs relativement peu consommateurs d’énergies renouvelables, tels que les transports, l’industrie et le tertiaire. En outre, la production d’électricité d’origine renouvelable est moins sensible à la demande que les autres modes de production. L’augmentation de la consommation d’électricité conduit donc mécaniquement à une diminution de la part des énergies renouvelables dans l’électricité.

La consommation finale brute d’électricité renouvelable a atteint 123 TWh en 2021, soit 36 % de la consommation finale brute d’énergies renouvelables. Elle progresse de 3 % en un an (de 73 % depuis 2005). Compte tenu de la hausse de 5 % de la consommation finale brute d’électricité en 2021, la part des énergies renouvelables dans cette dernière diminue très légèrement (- 0,5 point), à 24,4 %. La production hydroélectrique normalisée (voir méthodologie) reste stable depuis plusieurs années en raison d’un faible potentiel de développement des capacités. Elle atteint 60 TWh en 2021. La production normalisée d’électricité issue de la filière éolienne atteint 38 TWh en 2021 (+ 6 % par rapport à 2020) grâce au développement du parc éolien terrestre qui atteint 19 GW en 2021 (après 17 GW en 2020), le parc éolien en mer étant toujours en phase de projet ou en construction. Les filières du solaire photovoltaïque et du biogaz sont également en forte hausse en 2021 (respectivement de 13 % et 10 %), atteignant des niveaux de production de 15 TWh et 3 TWh, alors qu’elles étaient marginales en 2005. En particulier, la croissance du parc photovoltaïque est très dynamique en 2021 (+ 25 % de puissance installée).

Cependant, la part des énergies renouvelables reste toujours en deçà de la trajectoire fixée par les objectifs européens fixés pour 2020, qui exigent une part de 23 % de la consommation. Par ailleurs, pour respecter les objectifs de la loi énergie climat, la part des EnR dans la consommation brute d’énergie devra atteindre 33 % en 2030. Cette part est fixée à 32 % au niveau européen par la directive 2018/2001 du Parlement européen et du Conseil de l’Europe.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...