La recherche sur les semiconducteurs hybrides pérovskites récompensée par le monde de la physique

Share

La recherche sur les matériaux continue de contribuer à l’innovation solaire. Et le monde de la physique a récemment salué les avancées dans ce domaine en récompensant Jacky Even, Professeur des Universités à l’INSA de Rennes et membre senior de l’Institut Universitaire de France. La société française de physique (SFP) lui a en effet attribué le prix Jean Ricard pour ses contributions capitales et pionnières à la physique des pérovskites hybrides.

Les travaux de Jacky Even portent, en particulier, sur les propriétés électroniques et optiques des semiconducteurs hybrides pérovskites, une nouvelle classe de matériau organique/inorganique qui fait l’objet d’un intérêt croissant pour ses applications dans la conversion photovoltaïque.

Selon la SFP, le travail de Jacky Even, à l’interface entre la physique des semiconducteurs et la chimie du solide, « a permis d’élucider de nombreuses énigmes de physique fondamentale sur le rôle de l’interaction spin-orbite dans la structure de bande des pérovskites, la faible énergie de liaison de l’exciton liée à des effets d’écrantage, les propriétés inédites des pérovskites bidimensionnels… ». Ses recherches permettent à cette technologie d’atteindre graduellement une meilleure efficacité et une plus grande stabilité. Le chercheur est lui-même impliqué dans des équipes internationales travaillant sur les applications photovoltaïques des matériaux pérovskites, notamment aux Etats-Unis, en Allemagne et en Suisse.

« Les résultats de Jacky Even ont changé la perception de la communauté internationale qui avait initialement considéré ces pérovskites hybrides comme des matériaux organiques alors que Jacky Even a montré avec succès qu’ils se rapprochaient plutôt des semiconducteurs inorganiques classiques », explique l’institut dans un communiqué.

Comme le rappelle le Collège de France dans son séminaire spécialisé, animé en mars 2022 par Emmanuelle Deleporte, Directrice du groupement de recherche du CNRS HPERO « Halide Perovskites », les pérovskites hybrides halogénées ont retrouvé un intérêt fort il y a une dizaine d’années dans le contexte du développement photovoltaïque mondial. « Avec des rendements de conversion de la lumière solaire rejoignant aujourd’hui ceux du silicium, ces matériaux ont ouvert de nouvelles potentialités pour la conception des cellules solaires ».

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...