BayWa r.e. précise les contours de son projet agrivoltaïque d’Orist (Landes)

Share

Le producteur d’énergies renouvelables BayWa r.e. développe depuis juin 2021 un projet de centrale agrivoltaïque sur la commune d’Orist (Landes). Il prévoit d’associer production d’énergie solaire, élevage bovin et culture de kiwi sur un périmètre de captage d’eau potable incompatible avec une agriculture conventionnelle.

Des inventaires environnementaux ont été fait par un bureau d’études indépendant Ecosphère, révélant une sensibilité écologique faible sur ces terrains autrefois dévolus à la monoculture de maïs. Ces éléments, ainsi que les échanges avec les élus locaux et partenaires agricoles, ont contribué à préciser l’implantation envisagée pour un projet associant une production agricole économiquement viable et écologiquement compatible avec les enjeux du site, associé à une production d’énergie mobilisant des équipements photovoltaïques conçus sur-mesure.

Une zone pour la culture des kiwis et une autre pour l’élevage

Sur la partie sud du projet, 3 hectares seront consacrés à une culture de kiwi, protégée par des panneaux semi-transparents spécialement adaptés. Les structures de panneaux et les modules photovoltaïques semi-transparents seront conçus par BayWa r.e., avec le concours de l’association de producteurs de kiwi fruits Garlanpy.

Les structures seront espacées d’une distance de 5 mètres et auront une hauteur d’environ 4,5 mètres pour le point le plus haut. Des panneaux semi-transparents seront utilisés spécifiquement conçus pour s’adapter aux besoins lumineux des actinidias.

Par ailleurs, une dizaines d’hectares au nord de la zone seront équipés de panneaux photovoltaïques installés sur des supports adaptés à l’élevage de blondes d’Aquitaine. Les panneaux solaires pour la partie bovine seront réhaussés à une hauteur de 2m50 au point le plus bas pour ainsi permettre la libre circulation des animaux sur toute la zone. Ce choix de hauteur s’est fait en concertation avec un agriculteur local déjà éleveur bovin qui exploitera le site.

Le projet pourrait produire annuellement 15 à 25 GWh, soit l’équivalent de la consommation domestique de 7 000 à 10 000 personnes, soit 30 à 40 % des besoins de la Communauté de communes Pays d’Orthe et Arrigans.
L’installation pourrait se raccorder au poste de Pouillon, situé à 16,5 km à l’est, qui accueille déjà la production d’une centrale photovoltaïque mise en service par BayWa r.e. en 2021 sur la commune de Bénesse-les-dax.
Le permis de construire sera déposé dans les prochains mois, pour une mise en exploitation du parc agrivoltaïque en 2026, sous réserve d’obtention des autorisations administratives.

Des études environnementales ont été lancées en août 2021 sur le site. Des inventaires faune et flore ont été réalisés par le bureau d’études indépendant Ecosphère entre septembre 2021 et septembre 2022, sur un cycle biologique complet. Oiseaux, chauves-souris, petite faune, flore ont fait l’objet d’observations pendant les 4 saisons, avec des passages jours et nuits.

Un projet développé en concertation

Les enjeux écologiques au niveau des cultures agricoles, sur laquelle est prévu le projet, sont évalués comme faibles. Aucune espèce sensible ou protégée n’a été identifiée sur la zone. Les principaux enjeux sont essentiellement localisés en marge du site d’étude, au niveau de boisement et haies qui seront évités par le projet. La clôture du projet sera distante de 30m par rapport à toute surface boisée, limitant ainsi fortement l’impact. Des haies supplémentaires seront plantées pour améliorer l’insertion paysagère du projet et son bilan écologique.

A la demande du conseil municipal rencontré dès août 2021, le projet est suivi par un comité réunissant élus locaux et chef de projet agrivoltaïque. Ce comité s’est réuni 4 fois depuis février 2022.
Des échanges ont été engagés avec les différents acteurs du territoire, tels que la Chambre d’Agriculture des Landes, la Communauté de Communes Pays d’Orthe et d’Arrignans, le syndicat des eaux EMMA et la Direction Départemental des Territoires (DDT).

Des lettres d’information ont été distribuées auprès des habitants de la commune. Deux permanences d’information ont été organisées le lundi 2 mai et le vendredi 6 mai 2022 à Orist. Ces permanences ont rassemblé une dizaine de personnes qui sont venues se renseigner sur ce projet en cours de conception.

Préserver l’eau sur une zone de captage

Le projet est localisé au nord-ouest de la commune, sur l’aire du Périmètre de Protection Rapproché d’un captage d’eau potable géré par le syndicat mixte Eaux Marensin Maremne Adour (EMMA). Les seuils de pesticides détectés sont parmi les plus hauts de France à Orist. L’ESA métolachlore, métabolite de pesticides spécifiques du maïs, a été relevé à 0.494 μg/L en décembre 2021, soit quasiment au plafond sanitaire qui empêcherait la distribution de l’eau (0,510 μg/L), quand le seuil de qualité est à 0,1 μg/L.
Les parcelles sur lesquelles est envisagé le projet ont été jusqu’à présent exploitées en culture conventionnelle de maïs, avec usage de pesticides. La réglementation liée au forage a évolué afin d’interdire l’usage de ces produits phytosanitaires pour la préservation de la ressource en eau.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...