Valorem mise sur le développement éolien + solaire en Suède

Share

Valorem a annoncé son intention de développer son activité en Suède. Par le biais d’un partenariat en co-développement avec une équipe de trois collaborateurs locaux, le groupe d’énergies renouvelables entend déployer 1 GW de projets éoliens, photovoltaïques et de stockage.

Interrogé par pv magazine France, Gwenaël Jestin, directeur international de Valorem explique que la priorité sera donné à l’éolien, une activité forte du groupe qui a été à la main oeuvre dans ce secteur depuis 1996 et la création de France Énergie Éolienne – un syndicat professionnel co-créé par le fondateur de Valorem. Les installations solaires devraient donc représenter moins de 50 % du portefeuille annoncé et seront conçues soit en colocalisation avec les parcs éoliens « pour mutualiser les points de connexion et rendre le PV plus compétitif », soit en centrales indépendantes sur des projets identifiés. Le stockage sera pensé, lui aussi, de manière à être co-localisé à côté d’un poste source.

La Suède veut doubler sa production d’électricité verte d’ici 2045

Le choix de s’installer en Suède tient à des opportunités bien précises : la Suède a pour objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 59 % d’ici 2030 (par rapport à 2005) et d’avoir une économie nette zéro carbone d’ici 2045. L’agence internationale de l’énergie rappelle d’ailleurs que la Suède a été le premier pays à introduire un prix du carbone et a, encore aujourd’hui, le prix du carbone le plus élevé dans le monde – autant de signaux positifs pour la tenue réelle de la feuille de route.

Valorem anticipe donc des besoins d’électrification très importants dans les 20 prochaines d’année en Suède. Le gouvernement prévoit de doubler les capacités de production d’électricité d’ici 2045 en comptant à la fois sur les énergies renouvelables et sur le nucléaire, sa seconde source de production d’électricité (30%) après l’hydroélectricité (40%). Gwenaël Jestin précise que l’atome a en fait été intégré récemment dans les objectifs par la coalition de droite et d’extrême-droite au pouvoir depuis 2022.

Conserver la rentabilité du photovoltaïque dans les pays du Nord

Pour Valorem, le couplage de l’éolien avec le solaire est un développement intéressant qui répond à la saisonnalité climatique de la Suède qui présente plus de vent en hiver et de très longues journées en été. D’après Gwenaël Jestin, la baisse des prix des panneaux solaires permet aussi au photovoltaïque de migrer de plus en plus dans le nord, tout en restant intéressant financièrement.

Pour compenser le manque de production et conserver la rentabilité des projets, Valorem mise sur l’économie d’échelle avec des projets qui dépassent les 50 MW. « C’est aussi un territoire différent où il est possible d’avoir accès à de très grandes parcelles », explique Gwenaël Jestin. Les anciennes tourbières sont par exemple très intéressantes pour les développeurs solaires puisque ce sont des terrains plats qui ne nécessitent pas ou peu de travaux de terrassement. « Nous choisissons aussi des parcelles où le point de connexion est proche ».

En Suède, il n’existe pas de tarifs d’achat et les projets d’énergies renouvelables doivent donc se calibrer aux lois du marché. « Il faut être très fin dans l’analyse financière et l’ingénierie afin de maîtriser les couts car tout écart peut fragiliser la rentabilité du projet », résume Gwenaël Jestin.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

Enphase lance en France sa batterie domestique en 5 kWh
09 juillet 2024 Basée sur la chimie lithium fer phosphate (LFP), celle-ci dispose d'une capacité totale d'énergie utilisable de 5 kWh, de six micro-onduleurs IQ8D-BAT...