AGC teste l’utilisation de verre recyclé provenant de panneaux photovoltaïques pour la production de verre flotté

Share

D’après pv magazine international.

La société japonaise AGC, fabricant de verre, de matériaux et de produits chimiques, a annoncé avoir effectué des essais en vue de réutiliser du verre de protection recyclé provenant de panneaux solaires dans la fabrication de verre flotté.

AGC a indiqué qu’il était le premier fabricant japonais à recycler le verre de revêtement pour en faire du verre flotté. Le test a été réalisé en utilisant environ 5 tonnes de calcin de verre de revêtement recyclé dans un four de production de verre flotté d’AGC à son usine de Kashima.

Il a été préparé avec ce qu’AGC a décrit comme une technologie de décomposition thermique à basse température fournie par l’entreprise chimique japonaise Tokuyama Corporation,

« Le succès de ce test devrait permettre au verre flotté, dont le volume de production est élevé, de servir de débouché approprié pour le recyclage horizontal du verre de couverture », a déclaré le fabricant.

La démonstration relative à la production de verre flotté fait suite à un premier essai, réalisé en octobre, qui démontrait la possibilité de récupérer le calcin de verre provenant du verre de revêtement des panneaux solaires, et qui confirmait la possibilité de l’utiliser dans la production de verre flotté au centre technique d’AGC à Yokohama. Quelque 24 tonnes de calcin de verre ont été traitées, grâce à une collaboration avec Shinryo Corporation, une filiale de recyclage du groupe Mitsubishi Chemical.

Traduit par Marie Beyer.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.

Popular content

En laboratoire, des cellules solaires organiques affichent un gain d’efficacité contre-intuitif de 20 % grâce à l’entropie
16 juillet 2024 Une équipe de chercheurs de l'université du Kansas a découvert que les semi-conducteurs organiques connus sous le nom d'accepteurs non-fullerènes perm...