L’Inde instaure une barrière non tarifaire pour les produits solaires chinois

Share

D’après pv magazine Inde

Le ministère indien des énergies nouvelles et renouvelables (MNRE) a rétabli la liste des modèles et fabricants approuvés (ALMM) depuis le 1er avril 2024. Seuls les produits solaires et les fabricants approuvés par le MNRE sont désormais éligibles pour les projets soutenus par le gouvernement. Cette politique a été introduite par le ministère pour protéger l’industrie nationale contre le dumping des produits chinois.

Le mandat ALMM donne aux fabricants nationaux la possibilité de desservir un marché important en créant une barrière non tarifaire pour les produits chinois. L’ALMM comprend les modèles et les fabricants de modules solaires conformes aux normes du Bureau of Indian Standards (BIS).

« L’utilisation obligatoire des modules ALMM garantit l’exclusion des modules chinois, ce qui donne un coup de pouce substantiel aux fabricants de modules indiens, déclare Tanmoy Duari, PDG d’Axitec Energy India. Cela permet non seulement d’élargir le marché pour les fabricants indiens, mais aussi de les protéger de la concurrence avec leurs homologues chinois, ce qui favorise la production solaire locale et l’innovation ».

Pas de problème de disponibilité

« L’ALMM est un mécanisme de nivellement qui donne aux fabricants nationaux un avantage notable et favorise un environnement favorable aux acteurs indiens”, abonde Ishver Dholakiya, directeur général et fondateur de Goldi Solar, l’un des fabricants de panneaux photovoltaïques listés dans l’ALMM. Cela représente une opportunité en or pour les fabricants locaux, en particulier dans deux secteurs clés : l’énergie solaire sur les toits et les projets à grande échelle ». Goldi Solar prévoit ainsi d’investir dans la fabrication de 6 GW de modules et de 5 GW de cellules d’ici à 2026.

Alors que les fabricants indiens de panneaux solaires dépendent encore largement de la Chine pour les cellules solaires et autres composants tels que le verre, les cadres, les backsheets et les encapsulants, il s’agit pour Anurag Garg, PDG de l’activité modules de Jakson Solar, « d’un pas dans la bonne direction pour garantir le soutien du gouvernement et encourager la fabrication nationale, afin de réduire au minimum la dépendance à l’égard des importations ».Selon lui, la capacité nationale s’élève actuellement à 20 GW et a été sous-utilisée l’année dernière, ce qui n’entraîne pas de problèmes de disponibilité.

Ce contenu est protégé par un copyright et vous ne pouvez pas le réutiliser sans permission. Si vous souhaitez collaborer avec nous et réutiliser notre contenu, merci de contacter notre équipe éditoriale à l’adresse suivante: editors@pv-magazine.com.