Urban Solar Energy développe un nouveau mode de stockage

Share

Ayant déjà connu un certain succès avec son offre de stockage virtuel « classique » pour les particuliers et les entreprises – 700 clients depuis fin 2018 – Urban Solar Energy élargit son offre aux entreprises multi-sites. Techniquement, les photons produits par une centrale photovoltaïque sur un site pourront être redispatchés et être utilisés sur un autre site, même s’il est à plusieurs centaines de kilomètres du lieu de production. C’est là l’innovation de la formule : une énergie verte autoproduite diffusable partout en France, et qui est moins coûteuse qu’une solution avec une batterie de stockage physique puisque, du côté de Urban Solar Energy, seuls des algorithmes sont utilisés, et, pour le client, la réinjection est « gratuite » hors frais de transport et de taxe.

Le décompte se fait sur la facture, mais il ne s’agit pas seulement d’une addition et d’une soustraction ; il est possible de déterminer des paramètres quant à la réinjection de l’électricité produite pour mieux répondre aux besoins de consommation du client et de ses sites, dont l’analyse et l’accompagnement sont faits avec Urban Solar Energy. « L’idée n’est pas de permettre aux clients de consommer plus parce qu’ils produisent eux-mêmes », déclare Yannick Ducerf, le dirigeant d’Urban Solar Energy. La société veut aussi promouvoir une utilisation raisonnée de l’énergie.

Issus du milieu informatique, les cofondateurs Yannick Ducerf et Cyril Morin maitrisent l’art de la programmation et estiment que la technologie blockchain n’a pas de sens pour gérer les flux et le dispatching. Les compteurs Linky relèvent tout ce qu’il faut pour les clients professionnels, précise Yannick Ducerf. Cependant il faut encore qu’Enedis veuille bien transmettre ces informations au fournisseur d’électricité, ce qui n’est pas évident mais sur la bonne voie avec Urban Solar Energy.

Par ailleurs, l’entreprise garantit à ses clients que l’énergie utilisée est bien verte ; ses partenaires producteurs sont notamment le CNR et des petits producteurs indépendants d’hydroélectricité principalement.

La solution a-t-elle déjà des clients ? « Des intéressés se manifestent depuis la sortie de la solution de stockage virtuel unifié » répond Yannick Ducerf, il s’agit de petits clients et un gros groupe issu de la grande distribution, dont le nom ne peut pas encore être dévoilé.

La société « fourmille d’idées » concernant les activités futures de la start-up, ajoute-t-il. Avoir quitté le monde informatique pour celui de l’énergie sans connaissances préalables, « c’était un handicap au début, mais c’est un atout maintenant car tout est possible, nous pouvons proposer des solutions innovantes ». La société s’intéresse par exemple à des domaines comme l’autoconsommation collective, par conviction, bien que le modèle économique ne soit pas encore mature. Dans un futur proche, Urban Solar Energy devrait sortir un nouveau produit, dans le secteur du financement de projets cette fois-ci.