ABB vend sa division onduleurs à Fimer

Share

ABB vendra sa branche onduleurs au fabricant italien Fimer. Le groupe suisse a annoncé que le marché avait été conclu mardi. L’objectif de l’opération est d’offrir de meilleures perspectives d’avenir à la division onduleurs et de permettre à ABB de concentrer son portefeuille d’activités sur les autres marchés en croissance. Les deux entreprises veulent assurer une transition en douceur pour leurs clients et leurs employés. « Fimer remplira toutes les obligations de garantie existantes et ABB indemnisera Fimer pour la reprise de l’entreprise et des responsabilités qui y sont liées », écrit ABB. La transaction devrait être conclue au cours du premier trimestre de 2020 et est assujettie à un certain nombre de conditions.

Le Groupe ABB emploie environ 800 personnes dans son activité onduleurs dans plus de 30 pays et dispose de sites de production et de R&D en Italie, en Inde et en Finlande. La division comprend également l’activité onduleurs de Power-One, qui offre une gamme complète de produits, systèmes et services pour différents types de systèmes photovoltaïques. ABB estime que ses activités liées aux onduleurs ont généré des ventes d’environ 290 millions de dollars en 2018.

ABB voit en Fimer un très bon acquéreur pour son activité onduleurs photovoltaïques puisque la société est active dans le secteur depuis 1983. Fimer est le huitième plus grand fabricant d’onduleurs au monde. En fait, ABB ne souhaite pas renoncer complètement à l’énergie solaire : elle doit être intégrée dans de nombreuses solutions intelligentes du groupe suisse, par exemple dans les bâtiments intelligents, les systèmes de stockage d’énergie et les stations de charge pour véhicules électriques.

Du côté de Fimer, Filippo Carzaniga, le président-directeur de la société, décrit cette transaction comme une étape importante pour son développement ; elle renforcera considérablement l’orientation stratégique de l’entreprise dans le domaine du solaire.

Suite à la transaction, ABB a annoncé supporter une charge non opérationnelle après impôts d’environ 430 millions de dollars pour le deuxième trimestre de 2019 et une charge correspondante dans ses résultats semestriels de 2019. Environ 75 % de la charge sera reflétée dans les flux de trésorerie d’ABB – sous forme de sorties de fonds vers Fimer à compter de la clôture de la transaction jusqu’en 2025. De plus, ABB prévoit des coûts de séparation et de règlement pouvant atteindre 40 millions de dollars à compter du second semestre de 2019. Une fois la transaction conclue, toutefois, la société prévoit un effet positif sur la marge EBITA opérationnelle de son domaine d’activités électrification.